Le socle commun : de l’auberge espagnole au couteau suisse

La mise en oeuvre du socle, une surcharge de travail ? Pas forcément… L’ouvrage d’Annie Di Martino et Anne-Marie Sanchez est résolument optimiste et pratique. Il comporte un état des lieux, “l’auberge espagnole” que peut sembler être le socle entre les nombreuses interprétations parfois erronées des termes employés dans les textes et outils officiels. Il clarifie ce que l’on peut en faire, pose les bases du travail par compétences, détaille les avantages que chacun (élève, famille et professeur) peut y trouver avant de rentrer dans le vif du sujet : les outils de mise en oeuvre, les différentes lames du “couteau suisse”.

Nous y découvrons comment on peut “évaluer, valider, noter” mais aussi entraîner dans la logique d’un travail par compétences :
- évaluer les élèves en cours de formation en informant, en travaillant sur l’erreur, en rendant l’évaluation formatrice par l’élaboration des critères de réussite par les élèves, en composant des échelles descriptives ;
- différencier la pédagogie en proposant des travaux communs avec des aides, des travaux diversifiés, des entrées différentes ou des situations de classe différentes ;
- travailler en équipe, s’organiser pour la répartition des tâches, monter des projets pluridisciplinaires ;
- valider les compétences en sachant comment le faire, en collectant l’information et en sachant quoi en faire.

Au final, on découvre que la mise en oeuvre du socle commun, au delà des fantasmes, est réalisable au prix d’une ré-organisation vivifiante au service de la réussite des élèves et qu’elle n’est pas forcément aussi lourde qu’on aurait pu le craindre. L’ouvrage est illustré par de nombreux exemples et mises en situation, chacun y trouvera de quoi faire avancer sa réflexion et sa pratique parce qu’on ne peut pas attendre les outils parfaits pour se lancer, et qu’on a là une vraie opportunité de faire avancer l’École !

Les auteures seront présentes aux Assises de la Pédagogie du CRAP-Cahiers Pédagogiques les 24 et 25 octobre, n’hésitez pas à en profiter pour venir les rencontrer.

Verbatim :
“Le socle est le savoir-nager pour ne pas se noyer dans l’océan du XXIe siècle.”
“Le socle est plus qu’un couteau suisse pour les élèves. C’est “le kit de survie” pour s’intégrer dans le monde d’aujourd’hui.”
“Le socle nous oblige à effecteur un effort de réflexion et de mise en place d’un travail sur les erreurs”.
“Une compétence ne peut se voir, elle ne peut se manifester que par des productions dont les indicateurs sont concrets et observables.”
About these ads

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s