"Réinventer le collège unique" par Nathalie Mons

Non, nous ne sommes résolument pas seuls… De plus en plus de voix s’élèvent pour éclairer la question, souvent obscurcie, de la nature et des objectifs du collège. Dans une tribune accordée au journal Le Monde, la spécialiste des politiques éducatives Nathalie Mons se livre à un plaidoyer en faveur d’un collège unique « à réinventer ». A méditer d’urgence pour mieux combattre les fantasmes ségrégationnistes d’une certaine droite (et d’une certaine gauche !) tournée vers le passé !

Publicités

2 réponses à “"Réinventer le collège unique" par Nathalie Mons

  1. Nathalie Mons écrit, à propos de ce qui se fait ailleurs :
    « Tous les élèves évoluent dans des classes hétérogènes et profitent d’une pédagogie adaptée à la gestion de tels contextes. (…) Cette gestion des contextes hétérogènes peut aussi passer par une aide personnalisée apportée à chacun, fort différente des actions de remédiation qui, dispensées chez nous de façon parcimonieuse, stigmatisent plus qu’elles n’aident les élèves. »
    Je crois, étant enseignante en SEGPA, que le soutien personnalisé, éternelle solution miracle pour certains, n’est pas la réponse à l’hétérogénéité des élèves car le constat est clair : trop coûteux, trop chronophage, et surtout trop inopérant.
    Cependant, au lieu de la formule « plus de temps individuel pour intégrer coûte que coûte des savoirs qui font défaut pour être au niveau », pourquoi ne pas réfléchir à la façon d’apprendre des élèves et faire une formule « plus de temps collectif pour apprendre comment tel élève apprend et permettre à cet élève plus d’autonomie dans son apprentissage »?
    Autrement dit, nous n’apprenons pas tous de la même façon, les chemins d’apprentissage diffèrent d’un individu à l’autre.
    Pourquoi ne pas faire des groupes par façon d’apprendre au lieu de faire des groupes par ce qui doit être appris selon son niveau?
    Alors, fin des groupes de niveaux, de la mauvaise image de l’enseignement professionnel qui seraient pour certains « pour les nuls » car voie de relégation des élèves qui ne sont pas à l’aise avec le tout théorique transmis d’une seule et même façon.
    C’est en tous cas, une piste que certains enseignants ont choisi, en primaire, en SEGPA, en ULIS, en Mission d’Insertion mais aussi en collège « ordinaire » (mot qui ne devrait pas exister dans un véritable collège unique…), qui porterait ses fruits selon les différents retours des collègues et dont le concept de « gestion mentale » est l’illustration.
    A lire, par exemple, donc pour ceux que ça intéresse :
    Armelle GENINET, La gestion mentale en Mathématiques de la 6ème à la 2nde, RETZ

  2. Merci pour cette très intéressante contribution. En espérant vous relire sur ce blog ! Bonne journée.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s