La place de l’élève à l’école, un livre de Pierre Frackowiak

A l’occasion de la sortie en librairie de son nouvel ouvrage, Pierre Frackowiak répond aux questions du café pédagogique. Un entretien passionnant qui est au coeur de notre réflexion sur le collège.

A la question de savoir ce qui empêche d’accorder une place centrale à l’élève à l’école, Pierre frackowiak répond notamment :

Encore une question où nous avons besoin de vérité. Nous nous heurtons à l’idée multiséculaire que ce qui est au centre, c’est le savoir scolaire, les contenus des disciplines cloisonnées, figées, choisies arbitrairement pour certaines, depuis une éternité, et leur transmission par les professeurs. L’élève n’est pas un acteur de ses apprentissages, de la construction de ses savoirs et de ses compétences, un citoyen en formation, c’est un sujet, un récepteur, que l’on rêve docile et attentif. Cette transmission se fait par un modèle unique, éternel, universel, incontestable : présentation et explication du maître, exercices d’application, devoirs du soir, contrôle, notation, classement… Modèle qui dénie la pédagogie, justifie la disparition de la formation des enseignants, etc. L’attachement à ce système complètement obsolète est tellement fort qu’il dépasse tous les clivages politiques, qu’il est admis comme évident par les citoyens sous-informés sur les questions d’éducation, qu’il peut s’appuyer sur les corporatismes. L’élève, l’enfant, le jeune, ne peuvent pas réellement exister, vivre, apprendre dans ce système périmé. Ils s’ennuient, se rebellent, chahutent, perturbent… appellent au changement sans être entendus et en n’ayant pour seules réponses que la sanction et l’autorité.

Retrouvez l’intégralité de l’entretien sur le site du café pédagogique.

Pierre Frackowiak, La place de l’élève à l’école, Chroniques sociales, 2010, 176 pages.

Publicités

2 réponses à “La place de l’élève à l’école, un livre de Pierre Frackowiak

  1. Ca fait des décades que les mêmes choses sont répétées.
    Jusqu’à preuve du contraire ça n’avance guère.
    Que faire concrètement pour mettre l’individu au coeur du système ? Quelle serait la première pierre. Je n’en vois pas
    Quel cadre élaborer pour faire évoluer les mentalités ?
    Ma proposition c’est justement de commencer à le mettre en place (cfs « mener sa vie » la voie de l’individu attentionné (envoyé à L’UNSA)
    Tout ce que je constate pour le moment c’est que lorsque des pistes de solutions sont mises en avant, il y a un effroyable silence de la gauche en général de l’UNSA en particulier.

  2. Monsieur Frackowiak que j’aurais tant aimé retrouver face à une classe pour pouvoir appliquer ses théories, nous sort encore un livre orienté sur les mêmes poncifs (les maitres en blouse grise n’existent plus, vous savez ?).
    A votre tour, vous devenez un de ces dinosaures que vous avez tant honnis !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s