Livret de compétences : nous ne sommes pas condamnés à l’«usine à cases»

Cette année, les enseignants de collège vont avoir à remplir le « livret personnel de compétences » visant à valider le socle commun. Il y a urgence pour soutenir les équipes dans cette démarche novatrice et prometteuse, ce qui est toute autre chose que demander un moratoire, prélude à un enterrement, comme vient de le faire une organisation syndicale.

Comment ne pas partager la perplexité des équipes devant ces livrets de compétences, alors que la confusion règne dans leur mise en œuvre ? Les diverses autorités institutionnelles, du ministère aux inspections pédagogiques régionales, envoient des messages confus, contradictoires même, ne serait-ce que sur l’articulation entre ce livret très novateur et un diplôme national du brevet à l’ancienne, inchangé. L’accompagnement des équipes pédagogiques est dérisoire, faute de moyens pour la formation continue. Comment ne pas avoir envie d’exprimer son scepticisme devant ce qui peut apparaitre comme une formalité bureaucratique, qu’on accomplit sans conviction ?

La direction du SNES va plus loin en demandant par une lettre ouverte au ministre de l’Éducation nationale un « moratoire » à ce livret en attendant une hypothétique consultation et en contestant une validation du socle commun commençant par la fin, en classe de 3e. Derrière cette demande, ce sont les idées mêmes du socle commun et du travail par compétences qui sont vivement critiquées.

Le socle commun, nous dit-on, « écrase des pans entiers de la culture scolaire ». C’est passer bien vite sur l’encyclopédisme, l’absence de priorités de ce texte, comme trop souvent des programmes scolaires. Les enseignants savent bien que l’essentiel est ce qu’apprennent les élèves plutôt ce qu’exposent les programmes, les manuels et les cours. Si on le prend au sérieux, domaine par domaine, combien d’adultes pourraient prétendre à la validation effective de ce socle ?

Lire la suite sur le site du CRAP

Advertisements

Une réponse à “Livret de compétences : nous ne sommes pas condamnés à l’«usine à cases»

  1. Pingback: Tweets that mention Livret de compétences : nous ne sommes pas condamnés à l’«usine à cases» | Un blog du SE-Unsa -- Topsy.com·

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s