Les compétences au coeur de la réforme scolaire

competencesEt si le changement passait par les compétences ? Le concept de compétence contribue à la redéfinition de nombreux aspects de notre système éducatif. Posé comme un principe par le socle commun de connaissances et de compétences en 2005, il dépasse en réalité largement le socle commun en touchant notamment la formation professionnelle, l’évaluation, la certification des élèves, l’éducation non formelle. L’ensemble des réformes engagées dessine une réforme curriculaire dont ce dossier vous propose de mesurer les enjeux.

La notion de compétences permet de concevoir et mettre en place une éducation “globale” qui relie les différents temps et espaces éducatifs, ainsi qu’une formation qui se développe tout au long de la vie. Ces différents aspects bousculent notre modèle scolaire traditionnel et font débat. Quelle est la place et la mission principale de l’école dans la société ? L’école doit-elle diplômer ou certifier les compétences acquises ? L’école doit-elle prendre en compte des compétences extra-scolaires ? Toutes les disciplines scolaires peuvent-elles s’enseigner par compétences ?

Philippe Perrenoud place le débat autour d’une crise de l’école fondamentale forcée de se légitimer. Mais le sociologue s’interroge, “quand l’école prétend préparer à la vie”, est-ce “développer des compétences ou enseigner d’autres savoirs ?” “Les réformes curriculaires en cours ne questionnent pas la pertinence des savoirs scolaires traditionnellement enseignés. Elles se contentent d’insister sur la nécessité d’apprendre à s’en servir, à les mobiliser dans des situations complexes. Mouvement légitime, mais qui s’arrête au milieu du gué.” Pour résumer, la question des réformes curriculaires en cours ne fait pas qu’interroger le mode de transmission et d’acquisition de savoirs ou de compétences, elle dépasse l’enjeu didactique et pédagogique en posant la question : “que faut-il enseigner à tous, d’une manière ou d’une autre ?”

Travailler et évaluer par compétences

De nombreux professeurs se sont par ailleurs emparés de la notion de compétence pour son apport à l’acte d’apprendre lui-même. Par exemple, dans de nombreux collèges, des expérimentations de classes sans notes sont apparues en 6ème et parfois au-delà. Les principales motivations sont de rendre le travail et l’évaluation plus explicites, de laisser le temps aux élèves de progresser, de reconnaître ces progrès, de porter un regard collectif et partagé sur le travail des élèves. Mais les équipes pédagogiques ont dû bien souvent adapter le livret de compétences conçu par le ministère.  Pour Olivier Rey, “la généralisation des livrets de compétence dans les établissements scolaires porte des questions concrètes qui font souvent de l’évaluation le vrai point d’entrée des compétences dans les classes. Si de nombreux travaux ont permis de préciser ce que peuvent être les compétences dans l’éducation, leur évaluation reste en effet problématique.”

Les expérimentations diverses permettent de lever les ambiguités et malentendus sur l’approche par compétences. Pour Annie di Martino et Anne-Marie Sanchez, la mobilisation de ressources passe d’abord par leur nécessaire acquisition. Professeures en collège et formatrices dans l’académie de Versailles, elles militent pour transformer le socle commun de compétences en couteau suisse, dont chaque enseignant et chaque équipe peut saisir les différentes lames pour mieux organiser les apprentissages et clarifier la relation pédagogique. Concernant l’évaluation, elles précisent qu’une “compétence ne peut se voir, elle ne peut se manifester que par des productions dont les indicateurs sont concrets et observables.” Elle se mobilise notamment dans des situations et des tâches complexes. Ce souci opératoire est partagé par Cécile Walkowiak et Francis Blanquart qui invitent à travers les compétences à faire dialoguer et coopérer les disciplines, pour donner plus de sens aux apprentissages des élèves. In fine c’est bien aussi l’autonomie des élèves qui est visée.

De nouvelles compétences professionnelles ?

Loin de dicter une pédagogie officielle, travailler par compétences permet aux collègues d’investir leur liberté pédagogique dans un cadre collectif, en élargissant leur palette de compétences professionnelles. Différencier, prendre en charge la difficulté scolaire, accompagner les élèves dans leurs apprentissages par de l’aide ciblée, par du tutorat…   ces quelques missions prennent une place de plus en plus importantes dans le métier d’enseignant. Mais le ministère peine à mettre en cohérence les référentiels de compétences. Les compétences du référentiel professionnel (pour le master) listent de manière trop large ce qu’un professeur doit maîtriser, et elles ne sont pas en adéquation avec les compétences identifiées pour les concours de recrutement. Elle ne guident pas pour l’heure la formation continue des enseignants ni même leur évaluation.

De manière générale, les réformes engagées émergent de compromis boiteux, parfois faiblement conceptualisés et précipités (le socle commun et le LPC en sont les meilleurs exemples). Pour l’heure, elles esquissent une oeuvre pointilliste loin d’être achevée.

 

Compétences

Différentes définitions de la compétence existent dans le champ éducatif. Le ministère a adopté une définition proche de celle retenue par l’Union européenne. Une compétence consiste ainsi en la mobilisation d’un ensemble de ressources diversifiées internes (connaissances, capacités, habiletés) et externes (documents, outils, personnes).

Curriculum

Selon Roegiers, le curriculum constitue l’architecture pédagogique d’un système éducatif, et conditionne à la fois la manière dont sont rédigés les programmes, les pratiques de classe, l’évaluation des acquis des élèves, la formation des enseignants et la conception des manuels scolaires. Il combine des décisions de nature politique (la politique éducative) et des décisions de nature technique (la gestion de l’éducation).

 

Références :

Annie di Martino, Anne-Marie Sanchez, Socle commun et compétences, pratiques pour le collège, Esf éditeur – Cahiers Pédagogiques, 2011

 

Francis Blanquart, Céline Walkowiak, Réussir l’école du socle – en faisant dialoguer et coopérer les disciplines, Esf éditeur – Cahiers Pédagogiques, 2013

 

Philippe Perrenoud, “Quand l’école prétend préparer à la vie… Développer des compétences ou enseigner des savoirs”, Esf éditeur – Cahiers Pédagogiques, 2011

Olivier Rey, “Le défi de l’évaluation des compétences”, Dossier internet de l’Ifé, juin 2012

http://ife.ens-lyon.fr/vst/DA/detailsDossier.php?parent=accueil&dossier=76&lang=fr

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s