Socle commun : polémiques ou débat confisqué ? 1/ la culture commune

« Arrêtons les polémiques stériles et inutiles ». Le mot d’ordre semble être donné par les partisans du consensus négocié autour du nouveau socle commun : la FSU et Alain Boissinot, le président démissionnaire du Conseil Supérieur des Programmes.

Premier visé, le SE-Unsa… qui en tant que syndicat réformiste et progressiste,  pratique pourtant réellement la culture du compromis si celui-ci permet des avancées acceptables. Encore ne faut-il pas faire croire que le consensus consenti pour les uns est valable pour les autres, ou qu’il est issu directement de la refondation et de sa loi.

Nous voudrions lister, dans une série d’articles, les points qui nous opposent à l’actuel projet de socle commun du CSP, et adresser des questions simples aux membres actifs de ce conseil. Notre opposition se nourrit non pas d’esprit de polémique, mais d’une analyse, de propositions constructives et d’un questionnement précis.

 

Socle ou culture commune ?

 La loi de 2013 pose « le socle commun de connaissances, de compétences et de culture » comme « principe organisateur de la scolarité obligatoire ». Le CSP transforme ce principe pour celui de culture commune  (qui n’est pourtant pas dans la loi) :

 « Elle (la scolarité) donne aux élèves la culture commune », « cette culture commune doit devenir une référence centrale pour la Nation », « elle a pour exigence que l’école tienne sa promesse pour tous les élèves » (introduction du socle commun de connaissances, de compétences et de culture, juin 2014).

Cette culture commune remplace bien le socle comme principe organisateur de la scolarité obligatoire : « Les connaissances et compétences à acquérir dans le cadre du socle commun relèvent de cinq domaines de formation, dont l’ensemble définit les composantes de la culture commune. » Le socle commun est ainsi réduit à un cadre, la finalité étant la culture commune, et non plus l’acquisition du socle par les élèves.

La notion de « culture commune » n’apparaît explicitement que tardivement, bien après la concertation, dans la charte des programmes (avril 2014) rédigée par le CSP, qui la définit ainsi : « l’idéal d’un bien commun à construire, qui admet le jeu des différences dans l’échange, plutôt que comme un donné initial imposé, qui risquerait d’être un facteur discriminant. »

 Il est bien difficile de donner une définition précise de la culture commune, mise à part lui conférer des vertus citées plus haut : c’est un don, une référence et une promesse… Cette culture commune serait, selon un de ses promoteurs, Denis Paget (ex secrétaire général du SNES-FSU), membre du CSP, une « ligne d’horizon mais dont les lignes de fuite qui y tendent sont les disciplines ».

Cette notion de culture commune a été utilisée ces dernières années comme le programme opposé au socle commun. Le SNES-FSU titrait ainsi qu’il s’agit de « deux visions antagonistes » du système éducatif. Roland Hubert, co-secrétaire général du SNES, l’exprime parfaitement : « La FSU a construit son projet éducatif autour de la notion de « culture commune » qu’elle a, dès 2005, opposé à celle de « socle commun de compétences ». Particulièrement en cause, la notion des compétences y est unilatéralement combattue. Toujours selon Roland Hubert, « la culture commune n’est donc pas un catalogue, mais un horizon. Elle n’est pas un socle mais une élévation. » Pour le SE-Unsa, cette image de l’horizon est évocatrice, puisque par définition, l’horizon est inatteignable. Plus on s’en approche, plus il s’éloigne. Pour le SE-Unsa, le socle commun doit définir des objectifs atteignables et évaluables. Il constitue le premier jalon de la formation tout au long de la vie et marque la fin de la scolarité obligatoire commune. Il porte une obligation de l’école envers la jeunesse, c’est un contrat entre l’école et la Nation.

En noyant le nouveau socle dans le concept de culture commune, le CSP a en effet choisi la voie d’un consensus, mais avec la seule FSU. Bien sûr, l’école doit permettre aux jeunes de construire une culture partagée. Mais nous dénonçons une interprétation unilatérale et partiale de la loi d’orientation. L’ajout du mot « culture » à l’intitulé du socle ne signifie aucunement le remplacement du principe du socle commun par celui de la « culture commune », ni son assimilation. C’est pourtant ce que fait le CSP. Est-ce là une « polémique stérile » ? Ce serait le cas s’il ne s’agissait après tout que de mots, mais nous montrerons dans les articles suivants, de manière concrète, que les conséquences de ce choix sont loin d’être neutres.

Si la FSU se satisfait aujourd’hui de ce nouveau socle, c’est qu’elle a parfaitement compris que, si on en restait là,  le principe du socle était mort.

Questions au CSP

  • Pourquoi avoir introduit cette notion de « culture commune » qui n’est ni dans la loi, ni clairement dans le consensus hérité de la concertation ?
  • Cette nouvelle « référence centrale pour toute la Nation », la culture commune, est-elle reconnue par le législateur ?
  • Connaissiez-vous les positionnements de la FSU qui ont systématiquement opposé la « culture commune » à la notion de « socle commun » ?
  • Quel est alors le sens du consensus que vous souhaitez mettre en œuvre avec ce socle commun ?

Quelques liens :

  • Socle ou culture commune, US Mag

http://www.snes.edu/IMG/pdf/8_p_socle_ou_culture-2.pdf

  • Socle ou culture commun, derrière les mots

https://ecolededemain.wordpress.com/2012/09/28/socle-commun-culture-commune-derriere-les-mots/

  • Refondons l’école de la République, rapport de la concertation

http://www.education.gouv.fr/archives/2012/refondonslecole/wp-content/uploads/2012/10/refondons_l_ecole_de_la_republique_rapport_de_la_concertation1.pdf

p.36, le socle commun, où il est question de « programme obligatoire de culture et de compétences communes ». Une seule mention de la « culture commune », dans le rapport, p.34 sur les programmes de l’école élémentaire, ce qui n’a pas justifié la nécessité de la définir.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s