Deux ans sans notes au lycée : trois questions à Celia Guerrieri

Évaluer sans notes au lycée général, c’est possible. Celia Guerrieri, professeur de Lettres dans l’académie de Nice, mène l’expérience depuis deux ans. Sur son blog pédagogique, elle dresse un bilan complet de cette expérience, avec satisfaction, mais aussi en faisant émerger des questionnements sur les effets de sa pratique.

Le compte-rendu de Celia aborde ainsi les points suivants :celia

  • Le cheminement et l’élaboration
  • La réception des parents et des élèves
  • L’élaboration du livret de compétences et de la note trimestrelle
  • Les effets de l’évaluation « sans note » sur les élèves et leur travail
  • Une projection sur une nouvelle mouture du livret de compétences

Nous avons apprécié la démarche résolue et motivée de Celia. C’est une analyse de pratique, point d’étape et point d’appui nécessaires pour poursuivre et améliorer encore le projet. Avec bon sens, elle montre que la place de l’évaluation formative au lycée peut être plus importante, que sa pratique instaure un climat propice au travail et aux progrès des élèves. La démarche de Celia est également pragmatique : en maintenant une note trimestrielle elle ne bouscule pas trop ni l’institution ni les parents et  les élèves. Enfin notre collègue ne prétend pas fournir un modèle-clé en main qui serait un manifeste. Elle montre néanmoins une voie d’un changement possible.

  •  Quels sont les constats qui t’ont amené à travailler par compétences avec tes élèves, et à abandonner les notes ?

CG : « Le premier constat était que les notes n’aidaient pas de nombreux élèves à progresser. Il y a ceux qui pleurent quand tu rends une mauvaise note, ceux qui les froissent en boule en les jetant à la poubelle en sortant, ceux qui ne regardent que la note et pas les annotations, ceux qui veulent 10 sans avoir la moindre idée de comment l’atteindre… Au bout de plusieurs années, je me suis rendu compte que les notes étaient, pour beaucoup d’élèves, une fin en soi qui ne me permettait pas de les aider à progresser. Je n’ai pas abandonné les notes du jour au lendemain et je suis d’abord passée par une solution qui mêlait note et savoir-faire sur la copie avant de constater que ce n’était pas satisfaisant non plus.

Finalement, je continue de noter puisque je dois mettre une note trimestrielle, mais elles ont disparu du quotidien des élèves dans la classe. »

  •  Après deux ans de pratique sans notes, considères-tu que ton dispositif est mûr ? Reviendrais-tu en arrière après avoir investi tant de travail personnel ?

CG : « Je dirais plutôt que le dispositif mûrit. Il y a encore des choses à arranger, à améliorer, en particulier dans la cohérence évaluation par compétences / note trimestrielle. Je crois que parvenir à un résultat qui soit véritablement satisfaisant est long et demande de s’interroger constamment.

Ceci dit, oui, s’il le fallait, je reviendrais en arrière, si je devais me rendre compte que, à un moment donné, avec une classe donnée, cela ne fonctionne pas avec les élèves devant moi. J’ai choisi ce mode d’évaluation parce que je le croyais plus utile, ce que j’ai pu confirmer dans un contexte précis. Si cela ne devait plus être le cas, je n’aurais guère d’hésitation à revenir aux notes… ou à essayer encore un autre mode d’évaluation ! »

  •  On remarque que la pratique d’une évaluation formative par compétences et l’obligation de fournir une note trimestrielle posent un quelques problèmes : question de la subjectivité, du rôle de l’orientation, comparaison avec les autres disciplines…. Est-ce que ces modes d’évaluation sont, à ton avis, compatibles ?

CG : « On est dans un système qui privilégie la note, donc on rend ces modes d’évaluation compatibles, même si a priori ils sont très éloignés. C’est un travail d’équilibriste, qui demande une importante réflexion, et qui n’est pas complètement satisfaisant. Mais c’est une voie pragmatique pour avoir cet espace d’évaluation par compétences dans le système actuel. »

Pour consulter le bilan de deux années sans notes au lycée :

http://guerrieri.weebly.com/uploads/1/5/0/8/1508023/bilan_sans_note_2013-2014.pdf

2 réponses à “Deux ans sans notes au lycée : trois questions à Celia Guerrieri

  1. Merci à EdD et CG pour ce billet. Long et compliqué de vous expliquer pourquoi mais ce billet allège ma rentrée d’un poids énorme !

  2. A reblogué ceci sur Objectif 100%et a ajouté:
    Une professeure a testé l’école sans note pendant 2 ans.
    Vous pouvez lire l’interview et suivre le lien vers son rapport final. Pas tout rose, mais pas tout noir non plus. Une vraie expérimentation claparèdienne comme je les aime.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s