Quand des élèves de seconde deviennent « profs » de sciences

3058182308_c0d72d4c55_z

Cet article est un résumé de l’article Sciences partagées en MPS, Entre petits et grands, rédigé par Martial Gavaland, professeur de sciences physiques au lycée La Colinière  de Nantes et publié dans le bulletin de l’union des professeurs de sciences physiques N° 966 (juillet, août, septembre 2014). Il est publié avec l’autorisation de l’auteur que nous remercions chaleureusement.

Partant du postulat que « ce qui ce conçoit bien s’énonce clairement », deux enseignants de sciences physiques et de SVT du lycée La Colinière de Nantes ont proposé à leurs élèves de l’enseignement d’exploration, méthodes et pratiques scientifiques (MPS), de travailler avec des élèves de l’école primaire voisine. Le but était de partager de manière réciproque une « culture » scientifique, de faire faire des sciences de manière « transgénérationnelle » et de développer une rigueur scientifique adaptée.

Les élèves de seconde ont donc eu dans un premier temps à préparer une intervention dans une classe de CM1/CM2. Ils ont été répartis en groupe de quatre (deux binômes) pour proposer divers ateliers tournants tant en sciences physiques qu’en SVT (un thème par groupe). Les ateliers devaient proposer des manipulations. Les élèves de primaire ont eu la possibilité d’effectuer de six à huit ateliers sur une séance de deux heures. Pour préparer cette séance, les lycéens ont donc dû s’approprier des savoirs et savoir-faire pour bien les maîtriser afin de les présenter de manière claire à des enfants, mais aussi préparer leurs expériences d’un point de vue matériel. Suite à cette présentation, les élèves de CM vont se poser des questions scientifiques. Le professeur des écoles leur donnera pour objectif de les résoudre expérimentalement et de présenter leurs travaux à leurs aînés plus tard dans l’année.

Dans un deuxième temps, les lycéens vont s’attacher à préparer un travail semblable à destination d’élèves plus jeunes de CP. Le challenge est évidemment plus difficile du fait que ces élèves ne maîtrisent pas encore complètement la lecture et l’écriture. La trace écrite devra pourtant être exploitable par eux. Leur jeune âge ne leur permet pas non plus de rester attentifs très longtemps surtout s’ils ne sont pas occupés. Les lycéens devront donc être encore plus précis dans leur préparation.

La dernière séance inter cycle de l’année permettra aux lycéens de travailler sur les problématiques des élèves de CM ceux-ci présentant les expériences qu’ils ont préparées suite à leur première rencontre.

Evidemment, ces trois rencontres ont été préparées rigoureusement par les lycéens. Ce sera l’objet des séances hebdomadaires pendant lesquelles les enseignants « encadrants » vont suivre et évaluer l’acquisition des compétences en MPS. La deuxième séquence de préparation vers les élèves de CP va être l’occasion aux élèves de 2nde de remédier aux difficultés révélées lors de la première présentation. Ils seront aidés par les grilles d’évaluation complétées et les annotations prises lors de la première séquence. La vidéo a aussi été d’un apport incontestable.

Les élèves de l’école primaire vont profiter de ces rencontres pour mettre en œuvre de réelles méthodes scientifiques. Quand les lycéens viennent les rencontrer la deuxième fois, ils vont découvrir ce qu’ils ont préparés. Ils vont se prendre au jeu et vont parfois avoir du mal à trouver les réponses aux questions qui leurs sont posées. Les écoliers vont se montrer très fiers d’être mis en situation de jouer les savants et… de coller leurs aînés.

Cette expérience pédagogique, véritablement innovante, rentre complètement dans les objectifs de ce que devraient être l’enseignement d’exploration MPS. Ainsi, on lit dans le BO N° 4 du 29 avril 2010 : « Dans le cadre d’une démarche de projet, on demande à l’élève un travail personnel ou d’équipe qui devra intégrer obligatoirement une production (expérience, exploitation de données, modélisation…) et aboutir à une forme de communication scientifique (compte-rendu de recherche, affiche, diaporama, production multimédia…). Ce travail conjuguera les apports des différents champs disciplinaires concernés ».

Les enseignants ont de leur côté réussi à ce que les élèves entrent dans une véritable démarche de projet. Leurs élèves se sont approprié un problème, l’ont résolu, l’ont compris, ont réussi à l’expliquer et à s’auto-corriger pour à nouveau le diffuser. Les enseignants ont donc réussi à « dévoluer » le problème (*) en devenant un médiateur auprès de l’élève. Ils ont ainsi fait acquérir des connaissances par compétences au sens où ils ont proposé une tache qui a responsabilisé les élèves qui l’ont réalisée, comprise et transmise de manière claire et adaptée.

Du coté des lycéens, les bilans intermédiaires montrent beaucoup de points positifs. Ils ont gagné en autonomie, pris conscience de la nécessité d’avoir des connaissances, acquis des compétences de communication orale… Citons Pauline : « Le lien qu’on a crée avec des primaires, tout comme la nécessité d’adapter mon discours pour cet âge, nous a permis d’approfondir notre travail ».

Ce projet innovant et ambitieux a été récompensé par le prix « Intercycle » du sixième Forum national des enseignants innovants en mars 2013.

 Thierry Patinaux

(*) Jean-Pierre Astolfi définit la « dévolution du problème » ainsi : le problème, bien qu’initialement proposé par le maître, doit devenir « l’affaire des élèves ».

Crédit photo : woodleywonderworks

Publicités

Une réponse à “Quand des élèves de seconde deviennent « profs » de sciences

  1. A reblogué ceci sur caféanimet a ajouté:
    En éduquant par le plaisir le cerveau des enfants, nous contribuons à son épanouissement. Nous transmettons les valeurs de la recherche tous ensemble. Nous redonnons l’espoir d’une école où tous peuvent réussir.
    Claudia

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s