Refondation à la maternelle, quelques propositions concrètes

maternelle

La refondation a entraîné des changements de pratiques dans les écoles. A travers le témoignage de la directrice d’une école maternelle de 10 classes actuellement en ZEP et future REP, on peut voir quelques exemples concrets de ces modifications.

Application des nouveaux rythmes à la maternelle :

Comment utiliser au mieux la matinée supplémentaire ?

Le mercredi est une respiration.

On fait le programme en prenant son temps, elle permet d’aérer la semaine.

Elle permet plus de reprises que d’habitude.

Pour la fin de l’année, un décloisonnement total est prévu : ateliers inter-niveaux pour le dernier trimestre. Des envies d’expérimenter sont nées.

Les enseignants et les atsems participeront aux ateliers, les enfants choisiront. Les ateliers seront expliqués à l’intérieur de chacune des classes pour faciliter les choix.

L’aspect tutorat sera mis en avant étant donné que les niveaux seront mélangés.

Quid des après-midi plus courts ?

Cela était déstabilisant à la base car les enseignants pensaient que les enfants de la cantine viendraient se coucher plus tôt. Deux salles de sieste avaient été prévues. Mais finalement, il leur a été donné plus de temps pour manger.

Il y a ensuite plusieurs cas de figure :

  • Ceux qui dorment à la maison (les petits) ne reviennent pas l’après-midi.
  • Ceux qui mangent à la cantine sont couchés vers 13h50, certains se lèvent naturellement vers 15h15. D’autres doivent être réveillés lorsque leurs parents arrivent (contrat avec les parents).
  • Ceux qui vont à la garderie seront réveillés en dernier.

Certains enfants de moyenne et grande section prenaient le temps de faire une sieste après le repas en début d’année.

Il y a beaucoup plus d’ateliers sensori-moteur en fin de matinée pour les petits et tout-petits (très apaisant lorsque les parents viennent les chercher). Pour les grands et les moyens, cela se fait dans l’après-midi, les classes sont plus calmes.

En ce qui concerne la fatigue, les parents doivent jouer le jeu de coucher leurs enfants suffisamment tôt. Cela limite le besoin de sieste l’après-midi. Les rythmes des enfants sont évidemment globaux et ne concernent pas seulement la sphère scolaire.

Le mercredi faisait une respiration pour les enseignants (vie familiale etc). Ils restent plus à midi, prennent le temps de manger, toutes les réunions sont faites entre midi et deux.

Presque tout le monde s’en va avant 16h lorsqu’il n’y a pas d’APC.

Il n’y a pas de  récréation l’après-midi : pas de coupure, l’activité est plus longue mais plus apaisée. Il peut y avoir également deux activités différentes et plus de liberté pédagogique.

L’expérimentation fait que les inspecteurs sont moins oppressants.

Rien n’est figé, on expérimente.

Cela a été un combat en début d’année car chacun voulait rester sur ses habitudes sans se rendre compte que l’expérimentation permettait une plus grande liberté qu’il fallait saisir.

APC :

L’organisation a été mise dans un avenant au projet d’école fait en début d’année.

Une heure par semaine sauf pour la dernière période (2 fois une heure par semaine) jeudi ou mardi de 15h45 à 16h45. Un potentiel de 130 enfants (moyens et grands) est concerné, ce sont des activités de remédiation ou en lien avec le projet d’école.

Le public visé évolue tout au long de l’année :

  • première période : tous les grands
  • deuxième période : tous les moyens
  • troisième période : grands en difficultés langagières
  • quatrième période : évaluation des grands sur deux semaines (langage oral et écrit, mathématiques) : ce qui donne une cartographie de l’école à un moment t, cela permettra d’amorcer la rédaction du futur projet d’école. Le faible effectif facilite la relation duelle enfant-enseignant. Tous les enseignants sont impliqués, la notion d’équipe est plus forte.

Sur le restant des séances, certains enfants seront pris en remédiation suite à ces évaluations.

  • cinquième période : les champs qui ont péché chez les grands seront travaillés avec les moyens de façon préventive.

L’évaluation en maternelle. Comment communiquer l’évaluation aux parents ?

L’évaluation est continue. Elle peut se faire sous forme de brevets, vous trouverez le principe expliqué ici et de nombreux exemples  réunis sur l’excellent site Maternailes.

Les enseignants s’adaptent aux rythmes des enfants, l’évaluation de certains items sont reportés pour les enfants qui ne sont pas encore prêts.

Les résultats sont présentés trois fois pour les grands, deux fois pour les autres. Pour les tout-petits, il n’y a pas de livret mais une rencontre individuelle est prévue afin de faire un point d’étape sur l’évolution depuis le début de l’année.

Tous les parents sont reçus pour une explication du livret, le temps est pris sur les 108 heures.

En mars ou en avril, des parents pourront venir en classe au moins une demi matinée (4 ou 5 parents à la fois) : ils verront l’évolution de leurs enfants depuis le début de l’année, le but est d’avoir le maximum de parents et en particulier, ceux que les collègues ont du mal à voir.

Pour rendre visible aux parents le travail de leur enfant et documenter les progrès le numérique peut-être utilisé via un blog de classe ou pourquoi pas un compte Twitter comme celui de @MaterThieux

Accueil des petits et des tout-petits :

Les classes de petits et de tout-petits sont divisées en 4 parties a, b, c, d :

Jour 1:

  • 8h30-10h : a
  • 10h-12h : b

Jour 2 :

  • 8h30-10h : c
  • 10h-12h : d

A l’accueil, en début d’année, la rééducatrice ou la psychologue viennent faire des ateliers avec les enfants qui ont du mal avec la séparation.

Une atsem est mise en renfort en début d’année et devient volante le restant de l’année pour palier aux absences non-remplacées.

Les Jour 3 et 4, l’organisation est la même pour les tout-petits, tandis que pour les petits, on prend les dispositions suivantes :

  • 8h30-10h : a+b
  • 10h-12h : c+d

Les enfants sont accueillis si on ne peut pas faire autrement.

Au cas par cas, 2 ou 3 sont recherchés à 10h s’ils sont trop fatigués ou s’ils pleurent. Cela est fait en accord avec les parents.

Pour certains enfants qui ne sont pas prêts, on reporte d’un mois la rentrée, on refait un essai, si cela ne marche pas on reporte à nouveau. Tout cela en accord avec les parents.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s