Recréation de texte avec le GFEN

 

 

Proust

A l’occasion des huitièmes rencontres nationales du GFEN (Groupe Français d’Education Nouvelle) dont la thématique était « L’écriture : éducation prioritaire« , nous avons pu participer à différents ateliers.

L’un d’eux s’appelait « recréation de texte » et est facilement exploitable en classe, de préférence avec une demi-classe.

Voici en quelques lignes en quoi il consiste :

Consigne de départ : « Je vais faire un pari avec vous, non pas un pari contre, mais un pari avec : je vais vous lire deux fois un texte et ensuite, je vais vous demander de me le dicter mot à mot ». (pas de notes). « Le texte, ce n’est pas moi, ce n’est pas vous, c’est nous ».

Le texte choisi est difficile. (pour nous, un extrait d' »A la recherche du temps perdu », suffisamment long pour remplir un grand tableau une fois écrit).

Après la première lecture, l’animateur nous pose quelques questions : « De quoi est-il question ? Pouvez-vous me donner des extraits, des mots ? » Nous sommes encouragés, on est dans le sens global du texte. Toutes les impressions sont explorées, rien n’est noté mais chacun peut rebondir sur ce qui a été dit.

Après la deuxième lecture, nous dictons le début : l’animateur nous guide pour que l’on trouve la bonne formulation (aides grammaticales, sur le sens, sur le schéma narratif, sur la syntaxe …)

Dans cet exercice, nous nous rendons vite compte de l’importance du tâtonnement, des erreurs, des rectifications, des relais, de l’écoute. La mémoire qui pouvait nous paraître comme l’élément essentiel n’est que le point de départ de notre travail. Les nombreuses relectures, soient individuelles, soient collectives et la contextualisation du texte permettent de retrouver petit à petit l’ensemble du texte. On se prend au jeu, nous retrouvant à la place de Proust dans son processus d’écriture.

Le fait de travailler en groupe permet d’alimenter les propositions en continu, on trouve grâce aux autres. L’idée de l’un est approfondie par l’autre. La classe devient une équipe avec un but commun et l’exercice est fédérateur. Tout le monde est pris au jeu, même à demi-mot.

Ce type de démarche peut être repris ponctuellement en histoire ou en géographie. Cela permet de contextualiser, d’aller plus loin dans la psychologie d’un personnage historique dont on aurait le témoignage.

A vos textes, essayez-vous à cet exercice et faites nous part de vos impressions.

 

Publicités

Une réponse à “Recréation de texte avec le GFEN

  1. Pingback: GFEN, atelier reconstitution de texte. | L'ÉCOLE DE DEMAIN·

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s