Éduquer aux usages des réseaux sociaux au collège

img_20161207_121413

Laurence Fruhauff CPE, nous raconte la mise en place d’un projet d’éducation et de réflexion sur les usages des réseaux sociaux numériques dans son collège.

Pour lancer cette action, l’équipe éducative a défini des constats de départ. Lesquels ?

Depuis quelques années, nous avons constaté une augmentation des incivilités liées à l’utilisation des réseaux sociaux (Facebook, Snapchat, Instagram, Twitter et maintenant Musical.ly…). Ces comportements inappropriés se traduisent sous différentes formes : insultes, menaces, diffusion de photos, commentaires désagréables ou qui portent un jugement dépréciatif…Ce sont parfois les mêmes élèves qui sont dans la position de victime un jour et d’auteur des faits le lendemain !

Les élèves ne se rendent pas toujours compte des conséquences de leurs actes (ex : diffusion d’une de leur photo ou de leur vidéo sur le net). Ils diffusent d’emblée sur la toile et se plaignent ensuite des commentaires déplaisants d’autres élèves, certains pouvant aller jusqu’à une forme de harcèlement à leur encontre.

Souvent, les élèves qui dérapent ne mesurent pas la portée de leurs agissements. À l’image de la société actuelle, tout est dans l’immédiateté et sans filtre.

La plupart du temps, ils ne maîtrisent pas vraiment le fonctionnement des réseaux qui sont mis à leur disposition.

Le choix pédagogique s’est porté sur le niveau 6ème car nous considérons qu’il faut traiter le problème à la source. Ils sont encore en phase de découverte et ne sont pas forcément collés à leur téléphone portable du matin au soir !

En quoi a consisté la formation dont les élèves de 6ème et 5ème ont été bénéficiaires ? Quels partenaires extérieurs ont été associés à ce projet ?

Les élèves de 5èmes volontaires ont été formé aux techniques d’animation et de gestion de groupe par l’association ANPAA de Lorraine pendant 6 demi-journées. Ils ont également appris à maitriser 2 jeux : @h… social et Addi-Ado.

La formation des 6èmes consistait, à partir du support des jeux, à échanger leurs représentations autour des réseaux sociaux, à débattre de façon contradictoire et à démonter les idées reçues.

Les classes de 6ème étaient divisées en deux groupes, chaque groupe était encadré par un triptyque : 2 élèves de 5ème et un adulte. En effet, les élèves semblent plus réceptifs lorsque l’information vient de leurs pairs qui utilisent le même langage et sont dans la même mouvance.

8 adultes du collège ont été également formé pour encadrer l’action pendant 1/2 journée : principal adjoint, CPE, assistant d’éducation, Infirmière, assistante sociale, 3 enseignants

Quelles sont les principales pistes proposées pour lutter contre une utilisation excessive ou inadaptée des nouvelles technologies ?

La prévention chez les jeunes doit se mettre en place le plus tôt possible. Ainsi, l’ANPAA propose des temps de formation et d’échanges dès l’école primaire.

Parmi les réponses éducatives, il y a celle qui consiste à développer les compétences psychosociales de nos élèves : estime de soi, capacité à gérer ses émotions, aptitude à entrer en lien avec les autres et à résoudre des conflits… Un autre axe vise à la consolidation des prises de paroles éducatives adultes à la maison et au collège afin de mettre des mots sur des situations virtuelles parfois violentes qu’il ne faudrait pas banaliser.

Comment expliquez-vous la réussite de cette action et l’implication d’une diversité de personnels du collège ?

Le CESC* dans le collège fonctionne très bien. Tous les personnels s’impliquent et sont soucieux de la qualité des relations adultes-élèves et du vivre ensemble. Nos actions annuelles concernent systématiquement tous les élèves et tous les personnels ce qui renforce le sentiment d’appartenance. La dynamique existante est une réelle source de motivation et donne de l’énergie à toute l’équipe éducative et pédagogique. Le recours à des partenaires extérieurs nous permet de s’appuyer sur leurs compétences. L’esprit d’équipe est renforcé à chaque projet qui voit le jour et cela permet aussi de dépasser les périodes plus difficiles de l’année scolaire.

Les parents d’élèves sont parfois confrontés à une communication difficile avec leurs ados sur ce sujet. Quel dispositif a été envisagé pou eux ?

L’association ANPAA de Lorraine intervient auprès des parents de 6ème pour les informer des pièges des jeux vidéo, des risques des réseaux sociaux et des effets de leur mauvaise utilisation. Les parents sont les premiers éducateurs : ce sont eux qui établissent les règles à la maison et, sans une information avisée, ils se trouvent régulièrement déconcertés par ces comportements et parfois dans l’incapacité d’agir efficacement

La réussite de ce projet a été valorisée par l’institution. De quelle façon exactement ?

Notre action a été sélectionnée pour participer à une réunion officielle de valorisation des projets innovants au centre des congrès d’Épinal. Le chef d’établissement a présenté les objectifs, les moyens et les résultats du projet. Deux élèves de 5ème volontaires ont apporté leurs témoignages en montrant notamment les points positifs de leur rôle d’animateurs vis-à-vis de camarades un peu plus jeunes. Ils ont vécu la réunion comme une reconnaissance de leur engagement.

Dans quelle mesure une telle action d’éducation à la santé donne-t-elle une autre dimension au métier de CPE ?

Actuellement les CPE sont de plus en plus confrontés aux nouvelles technologies. Que nous soyons pour ou contre, cela n’a pas d’importance. Leur impact dans nos vies et dans le système éducatif ne fera que grandir au fil du temps. Les TIC sont des moyens fabuleux s’ils sont correctement utilisées. En tant que CPE, je dois gérer massivement des conflits liés aux réseaux sociaux et à une utilisation abusive et constante du téléphone portable. C’est pourquoi je souhaiterais pouvoir bénéficier d’un stage de formation continue pour continuer à être à la page mais le PAF n’en a pas prévu sur ce thème. Il est vrai que je dois m’adapter à un changement de posture de l’adolescent qui privilégie désormais les contours d’un monde virtuel. Mais je me dois de leur rappeler que rien ne remplacera jamais les relations humaines et une rencontre en présentiel pour se comprendre entre nous, au-delà de nos différences et comprendre le monde complexe dans lequel nous vivons.

 

*CESC : Comité d’Education à la Santé et à la Citoyenneté

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s