Projet interdisciplinaire sur la Chine en 6ème

FullSizeRender_1_1Quels sont les principaux objectifs de votre projet ? Quel est le public visé ?

Travaillant dans un collège rural avec peu de mixité culturelle, l’objectif du projet est de faire découvrir aux élèves de nouveaux horizons. L’Histoire des écritures est au cœur du programme d’Histoire, mais également de Français pour les classes de sixième. Un projet sur l’écriture cunéiforme et les tablettes d’argile fut proposé aux élèves plus tôt dans l’année, ce qui permet de créer une sorte de parcours culturel sur les écritures pour la dernière année de cycle 3. Dans la continuité de ce projet, il a donc été question d’élaborer une intervention interdisciplinaire Histoire/Mathématiques sur la Chine, en lien avec la Chine des Han dans le programme d’Histoire (dans le thème sur l’empire romaine dans le monde antique, chapitre sur Rome et les mondes lointains).
J’ai ainsi contacté une école de chinois pour prévoir cette intervention.
Si l’an dernier, seules mes classes de sixième ont profité du projet, cette année c’est l’ensemble de la cohorte qui a participé à l’intervention.

Quels sont les thèmes qui ont composé le corpus d’affiches réalisées par les élèves ?

Afin de faire découvrir les différentes composantes de ce lointain empire qui est totalement inconnu des élèves, le choix a été effectué de produire des affiches à l’aide d’un logiciel gratuit d’infographie (validation de compétences TICE). Les thèmes furent très variés, dans le but d’embrasser plusieurs domaines comme l’économie, la culture ou encore la politique. Les élèves ont ainsi travaillé, à l’aide d’un corpus documentaire (créé avec l’aide des professeurs-documentalistes) et d’une sitographie, sur l’empereur Wu-Di, sur le bouddhisme, sur l’armée, la muraille de Chine, la route de la Soie, l’invention du papier, la monnaie, l’écriture, les poèmes et la littérature, Confucius, l’art funéraire…
Puis ils ont présenté en classe ce qu’ils avaient appris à leurs camarades.

Quels ont été les points forts de l’intervention qui a suivi ?

Il était important de faire venir une Chinoise d’origine, afin de briser les stéréotypes souvent entendus dans le collège sur les étrangers. J’ai ainsi rencontré Shuai, une jeune Chinoise qui vit en France depuis environ dix ans, qui maîtrise la langue française et qui a créé son école à Besançon avec pour objectif de partager sa langue natale. Mais ce qui lui tient surtout à cœur, c’est de partager sa culture.
Nous avons préparé ensemble cette intervention, Shuai est très à l’écoute des besoins et le projet est modifiable sans problème : si l’année dernière il était surtout axé sur la calligraphie chinoise, cette année il fut adapté aux Mathématiques. Les élèves de sixième ont appris à compter (et écrire !) en chinois de 0 à 9999, et même à faire des opérations ! Ce qui semble très compliqué de prime abord, pour mes collègues comme pour moi, s’est révélé être plutôt facile pour les élèves qui se sont impliqués pendant une heure dans cette activité, motivés par Shuai et son dynamisme.
La deuxième heure, les sixièmes se sont attelés à la calligraphie : apprendre à tenir un pinceau, écrire les chiffres mais aussi certains mots dont les pictogrammes sont construits à partir des pictogrammes des chiffres.
Pour terminer cette intervention, Shuai a ramené des costumes traditionnels de la Chine des Han et nous avons pris des photographies afin que les élèves gardent, en plus de leur calligraphie, un souvenir de ce moment qu’ils ont adoré.

Quel impact votre projet a-t-il eu sur l’équipe pédagogique du collège ?

Comme précisé plus haut, je me suis lancée seule dans l’aventure l’an dernier afin de tester ce parcours, tant pour les scribes de Mésopotamie (activité tablettes d’argile) que pour la Chine des Han. Cette année, toutes les classes de sixième ont profité de ces interventions et les collègues de Mathématiques nous ont rejoints pour ce parcours interdisciplinaire.
Nous n’en tirons que du positif : les élèves furent ravis, très impliqués et se sont montrés plus ouverts d’esprit.
Nous prévoyons donc d’étendre ce parcours à la classe de cinquième avec une intervention sur la calligraphie arabe.

Ce projet a été mené par Anaële HERZOG
prof d’histoire géographie de l’académie de Besançon

P_20170403_143521_1

Pour contacter Shuai Zhang :
1plus1Education 3 rue du général Lecourbe 25000 Besançon
Contact mail

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s