Une boutique solidaire au collège

L’origine du projet de la boutique solidaire

Chaque année dans le cadre de la formation des délégués, je sensibilise les délégués à la citoyenneté et à un projet humanitaire ou solidaire.
Nous sommes dans un établissement ayant près de 50% d’élèves issus de catégories socio-professionnelles défavorisées.
Ayant ces deux réalités en tête, je souhaitais, cette année mettre en place une action pour venir en aide à nos élèves dans le besoin sans les stigmatiser.
L’idée de la boutique éphémère s’est imposée.

Les premiers pas…

J’ai d’abord obtenu tous les accords nécessaires, et associé l’infirmière, l’assistante sociale et l’enseignante de la classe ULIS. Toutes les 4, nous avons activé nos réseaux familiaux, sociaux, professionnels et amicaux pour collecter des dons : vêtements, chaussures, bijoux, sacs, livres, DVD, objets en tout genre, tout ce qui pourrait plaire aux ados.
Finalement, cette action n’a pas pu être relayée par les délégués mais ce sont Mme Mocellin et ses élèves qui s’y sont impliqués à 200%.

La première ouverture de la boutique a eu lieu au foyer, au milieu du bruit et de l’agitation. L’enseignante d’Ulis m’a suggérée de solliciter la mise à disposition d’un préfabriqué inoccupé pour installer une vraie boutique.

 

Du provisoire au définitif…

Avec l’accord du Chef d’établissement, la boutique éphémère du collège est devenue la boutique solidaire.
Pour l’aménager, nous avons fait beaucoup de récupération et de recyclage : vieux bureaux, armoire ancienne, étagères inoccupées, fauteuils et poufs inutilisés…. Les isoloirs des élections sont devenus les cabines d’essayage, le FSE a participé à l’achat de portants et de caisses, la documentaliste a trouvé des magnifiques posters dans sa réserve…Une enseignante spécialisée et ses élèves ont aménagé, fait du décopatch, des étiquettes…. Et la boutique, telle qu’elle est actuellement, a vu le jour au mois de mars.

Comment ça marche ?

Nous ouvrons la boutique une fois par semaine entre 12h30 et 14h. Les élèves externes peuvent rentrer plus tôt ce jour là. Les élèves peuvent prendre 5 articles maximum. Tout est gratuit !
Je leur délivre un bon avec l’entête du collège où est écrit un petit texte expliquant aux parents d’où viennent les vêtements et objets que leur enfant ramène à la maison, et qu’ils peuvent également participer à cette action en faisant un don.
Les dons arrivent dans mon bureau, pour éviter les confusions avec les objets trouvés qui sont dans le bureau des surveillants.
Une fois par semaine, Mme Mocellin et ses élèves récupèrent les affaires, les trient et les mettent en place.

Les objectifs de la boutique… et sa médiatisation !

Ce projet vise trois objectifs principaux : venir en aide aux élèves dans le besoin, sensibiliser les élèves à l’écologie, au recyclage, à consommer différemment et mettre en valeur les élèves de la classe ULIS.
Nous les avons déjà largement atteints. Le succès de ce projet est tel qu’il a attiré l’attention des médias : deux reportages télévisés sur France 3 Rhône-Alpes, des articles dans certaines revues et dans la presse locale, des émissions de radio…

Petit à petit, des actions similaires fleurissent un peu partout en France et nos élèves sont fiers d’en avoir été les initiateurs !

CPE et solidarité

Le métier de CPE est au cœur d’une action comme celle-ci.
« L’école doit transmettre aux élèves l’ensemble des valeurs républicaines à-travers ses enseignements, la vie scolaire et l’ensemble des actions éducatives qu’elle porte » EDUSCOL.
La solidarité, au combien importante à l’heure actuelle, la lutte contre les discriminations, l’égalité sont des valeurs inhérentes à ce projet. En tant que CPE, nous devons être garant de la mise en place de ces valeurs dans nos établissements.
Nous sommes des professionnels qui devons fédérer les personnels et les rassembler autour de projets porteurs des valeurs de la République.
En tant que force de proposition, nous devons convaincre nos Chefs d’Etablissement du bien fondé de nos actions.
Nous collaborons activement à la formation des futurs citoyens et en ce sens, nous devons leur transmettre des valeurs fondatrices d’une société où chaque individu puisse trouver sa place et vivre décemment.

Rachel Jimenez
CPE au collège du savouret de ST MARCELLIN
Académie de GRENOBLE

Article France 3 Auvergne-Rhône-Alpes : Une boutique solidaire au sein du collège de Saint-Marcellin en Isère

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s