Échos de la Biennale internationale de l’Éducation Nouvelle

Le 5 novembre dernier, les six associations organisatrices de la première Biennale Internationale de l’Éducation nouvelle, recevaient le prix de l’Association des Amis de Jean Zay, remis par l’historien Pascal Ory, en présence d’une des filles de l’ancien ministre du Front populaire.

prix

Ce moment émouvant venait clore plus d’un an de travail mais surtout quatre jours de réflexion et d’échanges organisés à Poitiers dans les locaux de l’ESENSR, par six associations inspirées de l’Education nouvelle : les CEMEA, le CRAP-Cahiers Pédagogiques, la FESPI, la FICÉMEA, le GFEN et l’ICEM.

En ces temps de repli sur soi et de nostalgie d’un passé fantasmé, ces associations ont montré qu’au-delà de leurs différences, les valeurs qu’elle partagent leur ont permis de construire une manifestation de grande ampleur en faveur d’une école et d’une société plus juste.

Un courant pédagogique international

Ce qu’on désigne aujourd’hui par le terme d’« Éducation nouvelle » est loin d’en être une puisqu’elle plonge ses racines dans « la belle époque ». Les femmes et les hommes qui l’ont construite se nomment Montessori, Dewey, Freinet, Demolens, Reddie, Pestalozzi ou Ferrer, pour ne citer qu’eux.

ConferenceBE

Ovide Decroly, Pierre Bovet, Beatrice Ensor, Édouard Claparède, Paul Geheeb et Adolphe Ferrière à un congrès de la Ligue.

Ce courant pédagogique défend l’idée que les individus doivent être les acteurs de leur formation et que l’école n’a pas seulement pour objectif de transmettre des connaissances. Elle doit également permettre un apprentissage de la vie sociale par l’entraide et la collaboration. Ce projet sortira renforcé de la Grande Guerre, ressentie comme un échec civilisationnel et aboutira à la création de la Ligue internationale pour l’éducation nouvelle. Son premier congrès se tient à Calais en 1921. Ce projet ne survivra hélas pas à la guerre froide.

Six associations pour une biennale

CEMEALes Centres d’Entraînement aux Méthodes d’Éducation Active (CEMÉA), mouvement d’éducation nouvelle et association d’éducation populaire ont été fondés en 1937 dans l’élan du Front Populaire, par Gisèle de Failly. Agissant dans les champs culturels, éducatifs, sanitaires et sociaux, ils sont également agréés comme organisme de formation initiale et continue par plusieurs ministères (sport, santé, affaires étrangères, culture, éducation…), et par de nombreuses collectivités.
Le site des CEMEA

Sa déclinaison internationale, la Fédération internationale des Centres Ficemeald’Entraînement aux Méthodes d’Éducation Active (FICEMEA) regroupe une quarantaine d’associations en Europe, en Amérique du Sud, en Afrique, et dans l’Océan indien. Elle promeut l’Éducation nouvelle dans ses aspects sociaux et éducatifs depuis plus de 60 ans.
Le site des FICEMEA.

CPLe Cercle de recherche et d’action pédagogiques (CRAP) est une association de recherche en pédagogie. Fondée en 1947, son slogan « Changer la société pour changer l’école, changer l’école pour changer la société » la situe d’emblée sur le terrain d’une éducation globale et sur le champ politique : priorité aux plus défavorisés, refus de tout privilège, liberté, autodétermination collective et individuelle, refus de l’autoritarisme.
Le CRAP-Cahiers Pédagogiques organise régulièrement des colloques et des journées de formation et publie, entre autres, une revue mensuelle : Les Cahiers pédagogiques.
Le site du CRAP-Cahiers Pédagogiques.

La plus jeune de ces associations est la Fédération des Établissements Scolaires fespiPublics Innovants (FESPI). Elle regroupe des établissements qui proposent, dans le cadre du service public d’éducation, une offre pédagogique alternative. Avec comme points communs le travail en équipe, l’exercice concret de la citoyenneté par les élèves et l’articulation entre l’enseignement et l’éducation, ces établissements accueillent des élèves au parcours classique mais aussi des élèves « en raccrochage ». Fondée en 2006, l’association regroupe des établissements qui lui préexistaient (l’école Vitruve de Paris par exemple, créée en 1962), mais aussi des établissement récents comme le Pôle Innovant Lycéen (PIL) créé il y a un an dans le 13e arrondissement de Paris. On retrouve des établissements membres de la FESPI dans de nombreuses académies : Grenoble, Caen, Poitiers, Bordeaux…
La biennale a d’ailleurs été l’occasion, pour les participants qui le souhaitaient, de découvrir les locaux du Lycée Pilote Innovant International (LP2i) de Jaunay-Clan et de discuter de son projet pédagogique. Car il ne suffit pas de vouloir être innovant pour l’être. La FESPI s’est donc donné également pour mission d’accompagner dans leurs réflexions et leurs démarches les porteurs de projets d’écoles publiques alternatives.
Le site de la FESPI.

GFENInversement, le Groupe Français de l’Éducation nouvelle (GFEN) est le plus ancien de la bande. Fondé en 1922 à la suite du congrès de Calais de 1921, dans l’espoir que la Grande Guerre serait « la der’ des der’ », il envisage de former une jeunesse savante et humaniste.
Suivant l’idée que « toutes les pédagogies ne se valent pas » le GFEN recommande une pédagogie explicite, différenciée et qui se fonde sur la coopération. Publications et formations permettent d’essaimer de bonnes pratiques dont on connaît depuis longtemps les effets positifs. Le GFEN agit aussi bien sur le plan local qu’international.
Le site du GFEN.

icemL’Institut Coopératif de l’école Moderne – Pédagogie Freinet (ICEM) a pour but la recherche, l’innovation pédagogique et la diffusion de la pédagogie Freinet. L’ICEM promeut une pédagogie centrée sur l’enfant, axée sur la libre expression et la coopération. À travers ses publications et les stages qu’il organise, l’ICEM se place sur le terrain de la confrontation des idées, de la recherche et de l’expérimentation.
Le site de l’ICEM-Pédagogie Freinet.

Pourquoi est-ce important ?

La tenue d’une telle manifestation aujourd’hui, rassemblant des associations aussi diverses est un événement important, qu’il faut souligner. L’héritage du congrès de Calais est bien vivant. L’Éducation nouvelle a toujours vocation à s’adapter aux réalités sociales et culturelles de son temps et à offrir à chaque enfant l’opportunité de devenir un adulte responsable de ses choix.

Des temps de partage, de travail commun et de rencontre comme l’a été la première biennale internationale sont indispensables pour poursuivre la recherche pédagogique et développer les échanges de pratiques. Mais ils sont aussi nécessaire pour faire front face à l’offensive portée contre la pédagogie, et contre les pédagogues accusés d’être les « assassins de l’école ». Étonnamment, les détracteurs de ce qu’ils appelle « le pédagogisme » ne s’en prennent jamais aux pédagogies de l’entre-soi portées par les écoles hors-contrat, aujourd’hui en plein essor.

Il n’est donc pas vain de répéter que le combat de l’Éducation nouvelle est légitime, de mettre en avant les valeurs qu’elle porte et de les brandir face à ses contradicteurs : le droit à l’éducation pour tous, une transmission rigoureuse des savoirs, une autorité construite dans la liberté et, Philippe Mérieux l’a rappelé lors de sa conférence de clôture, une lutte incessante « contre le laxisme sous toute ses formes ».

Mettre en avant les pédagogies de la coopération, défendre la notion de cycle qui donne les temps aux apprentissages de s’ancrer, combattre les malentendus culturels, porter l’exigence… Oui, l’Éducation Nouvelle est toujours d’actualité !

———

Retrouvez toutes les conférences plénières en ligne sur le site de la Biennale
Au programme :

  • Edwy Plenel : Conférence d’ouverture
  • Claude Lelièvre : Dans une perspective historique, l’Éducation nouvelle a-t-elle encore du sens aujourd’hui ?
  • Marjorie Vidal : À qui profitent les pédagogies nouvelles ?
  • Philippe Meirieu : Conférence de clôture

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s