Inclusion des élèves de 6ème pré-orientés en SEGPA

Notre article sur la SEGPA les trois pins de Frontignan a suscité des réactions. C’était le but. Un collègue de l’Aveyron nous adresse son témoignage. Nous vous en proposons donc également la lecture. Ce projet concerne l’inclusion des élèves de 6ème pré-orientés en SEGPA au collège Ramadier de Decazeville. 

Screenshot 2018-01-25 at 11.10.27 - Edited

Ayant lu dernièrement un témoignage très positif d’une inclusion de 6ème SEGPA, je me permets, à mon tour, de raconter le projet de la SEGPA dans laquelle je travaille et surtout d’alerter sur une tentation de programmer la disparition des SEGPA.

La situation de départ :

Depuis quelques années déjà, des élèves de toutes les classes de SEGPA ont des inclusions individuelles en fonction de leurs compétences et donc des disciplines. Des évaluations diagnostiques sont pratiquées à cet effet en début d’année.

Pourquoi une inclusion de tous les 6èmes dès cette rentrée ?

Seulement 4 élèves pour la 6ème SEGPA ! : créer une classe à 4 élèves serait une ineptie.

Il faut donc inventer un projet et tenir compte de la circulaire SEGPA qui demande plus d’inclusion.

Le projet succinctement :

Les élèves pré-orientés SEGPA sont inclus dans une classe ordinaire de 6ème du collège, classe dont l’effectif a été allégé afin de recevoir les 4 élèves.

La 6ème SEGPA est supprimée.

Les élèves sont inclus dans toutes les matières sauf en maths et en français (un seul élève suit les cours de maths dans la classe ordinaire). Ce choix a été dicté par les résultats des évaluations diagnostiques effectuées en tout début d’année.

Un co-enseignement PE (spécialisé) /PLC (prof du collège) est mis en place en sciences et histoire et géographie. Les PE organisent des temps de consolidation dans ces matières.

Les PE assurent l’enseignement des maths et du français.

Les PLC des autres disciplines sont seuls avec cette classe.

2 professeurs principaux pour cette classe : un PLC et un PE.

Un premier bilan :

Après presque 5 mois, les intervenants dans ce projet ont un bilan plutôt positif : 

  • bonne ambiance dans la classe et entraide entre élèves
  • échanges constructifs PE/PLC (savoirs et savoir-faire)
  • des évaluations adaptées sont réfléchies conjointement. L’aide aux élèves en difficulté est naturelle. Les 4 élèves ont des réussites
  • estime, confiance en soi et bonne intégration dans la classe et dans l’établissement des quatre élèves de 6ème concernés
  • un élève d’une classe annexée d’ITEP a pu être inclus dans cette classe en maths et sciences très naturellement
  • d’autres élèves en difficulté dans la classe profitent de l’aide du PE
  • certains PLC participent avec intérêt à l’adaptation dans les apprentissages

Les difficultés et les contraintes :

  • Les 4 élèves ont très rapidement connu des difficultés en anglais
  • le co- enseignement demande d’une part beaucoup de temps en concertation et d’autre part, implique une parfaite entente entre le PE et le PLC. Et ce, afin que chacun y trouve son compte
  • certains PLC, seuls devant cette classe, aimeraient une aide
  • les PE n’assurent pas l’accompagnement dans les études encadrées et c’est regrettable
  • un léger retard dans la programmation par rapport aux autres classes de 6ème

Et maintenant quelle suite pour l’inclusion au collège?

Le projet peut-il être reconduit en 5ème ?

De l’avis de tous les acteurs, il serait intéressant de suivre ce projet pour cette cohorte d’élèves en 5ème mais cela dépend de leur nombre, de la dotation horaire du collège et des effectifs des classes.

Le projet peut-il être renouvelé pour les 6èmes ? idem que pour les 5èmes.

Des inclusions individuelles seront prévues pour les 4 et 3èmes notamment pour préparer le DNB pro.

Donc pour mener ce projet, il faudra en priorité garder les postes de PE spécialisés dans les SEGPA.

Mais n’est-on pas en train de préparer la disparition des SEGPA ?
Ou n’est-on pas en train de tenir la pelle pour creuser notre tombe ?

La sixième est donc aujourd’hui la troisième année du cycle 3.

De ce fait, les élèves en grandes difficultés ne sont plus orientés en 6ème SEGPA mais pré-orientés. L’orientation en SEGPA  ne se faisant qu’en fin de sixième, les dossiers d’orientation SEGPA venant des écoles primaires se font rares.

Dans la plupart des SEGPA le nombre d’élèves pré-orientés est souvent très faible : 4 ou 5 élèves !

N’y a-t-il plus d’élèves en grande difficulté scolaire dans le REP ?

Dans un grand collège ou en ville, d’autres élèves repérés en 6ème pourront rejoindre la classe de SEGPA en 5ème et ainsi regonfler cet effectif.

Mais dans un collège de 400 élèves, ce sera plus difficile.

Ainsi les effectifs de chaque classe de SEGPA vont diminuer : aujourd’hui de nombreuses SEGPA ont moins de 40 élèves.

Les efforts de tous les acteurs de ces inclusions d’élèves en grande difficulté pourraient être rapidement anéantis.

En effet, la tentation de retirer 1 ou 2 postes de PE spécialisé peut être grande quand dans une SEGPA prévue pour 64 élèves, l’effectif n’atteint pas la moitié et que l’inclusion des élèves en difficulté est « performante ». Sans parler du poste de direction déchargé à temps complet.

Et ce sera la fin des SEGPA  avec à la clé une inclusion des élèves aux difficultés graves et persistantes obligatoire, imposée et non accompagnée par des PE spécialisés.

Alors inclusion oui mais il ne faudrait pas trop s’emballer et rester très prudents et vigilants !

Thierry Douzou
Enseignant spécialisé SEGPA
Secrétaire ASH SE-UNSA Aveyron

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s