Projet de correspondance numérique en langue vivante

Mégane Boubrit 2 - EditedLa correspondance scolaire est souvent présentée comme un outil de communication et d’ouverture vers les autres. En quoi consiste votre projet et répond-il à ces objectifs ? Quelles différences voyez-vous avec la correspondance postale ?

En début d’année, j’ai pris contact avec une ancienne lectrice anglaise qui donnait des cours pendant mes années de licence. Je me suis souvenue qu’elle enseignait le français en Angleterre et c’est pourquoi je lui ai proposé ce projet de « correspondance numérique ». Le principe est simple puisque les élèves ont des correspondants et échangent entre eux, par courriel. Mon but premier était justement l’ouverture aux autres pour les élèves, suivi d’une pratique de la langue en situation authentique. Les élèves n’ont et n’auront malheureusement pas tous l’opportunité de se retrouver un jour dans un pays anglophone et/ou de s’adresser à un anglophone natif. À travers ce projet, ils sont en contact réel avec des élèves anglais du même âge, avec lesquels ils peuvent échanger sur leur quotidien, comparer leurs cultures, leur mode de vie etc. ça donne un sens encore plus concret à leur apprentissage. Si on compare cette correspondance numérique avec une correspondance postale, les différences principales se remarquent par le côté pratique surtout. Aujourd’hui, à l’ère du numérique, il est tellement plus simple de contacter/échanger avec n’importe qui dans le monde, alors que l’envoi d’une lettre peut prendre plusieurs semaines. De plus, les élèves (qui sont des élèves de 5° pour ce projet) ne sont pas forcément très à l’aise avec le numérique. Ils vont savoir tout ce qu’il faut connaître sur les jeux en ligne et les réseaux sociaux, mais pas forcément comment rédiger/envoyer un courriel, par exemple. En plus de mobiliser et utiliser leurs connaissances linguistiques, un échange numérique leur permet de se familiariser avec l’outil informatique dont ils vont très certainement se servir de plus en plus à l’avenir. Ce projet permet donc aux élèves de travailler des compétences linguistiques mais pas seulement puisque l’utilisation des TICE y est omniprésente.

Diriez-vous que la mise en place de cet échange de mails a permis de développer davantage les compétences linguistiques et aussi sociales de vos élèves ? En quel sens ?

Le fait de travailler de manière si authentique, a bien sûr permis aux élèves de développer davantage leurs compétences linguistiques. Ils réinvestissent de manière concrète et avec un but précis, tous leurs apprentissages. Ils sont donc très attentifs et également soucieux de bien faire (surtout dans les phases de rédaction) puisqu’ils savent que ce sont de « vrais anglais » qui vont les lire. Je me suis mise d’accord avec ma collègue britannique pour différencier l’usage de la langue lors des échanges. En effet, il me semblait important que les élèves, d’un côté comme de l’autre, puisse entraîner leurs qualités d’expression écrite mais également de compréhension. C’est pourquoi nous avons pris l’habitude d’alterner l’utilisation de la langue à savoir que, lors d’un échange, les élèves francophones vont écrire en anglais et les élèves anglophones vont répondre en français, puis inversement. Il en va de même pour le développement des compétences sociales et culturelles des élèves qui, une fois de plus, ont une ouverture authentique à travers ce projet. Ils s’adressent à des élèves de leur âge et découvrent que, malgré deux pays différents, ils se retrouvent sur plusieurs choses et ça les intéressent beaucoup. Ils sont assez concentrés sur la comparaison, à savoir si l’élève anglais joue aux même jeux vidéo, ou si l’école en Angleterre se déroule de la même façon qu’en France etc. Ils sont donc très curieux et n’hésitent pas à poser plein de questions. Pour qu’un projet fonctionne, il faut que les élèves en soient acteurs et finissent par se l’approprier.

Comment avez-vous réussi à les motiver pour cette activité collaborative ?

Lorsque j’ai fait part du projet à mes élèves, ils ont immédiatement été emballés. Encore une fois, ce n’est pas quelque chose qu’ils font tous les jours et pour eux c’est réellement un moyen de mettre en pratique leurs connaissances mais également d’apprendre, d’un point de vue linguistique comme culturel. Nous avons été les premiers à envoyer un courriel. Je pense qu’à ce moment-là, malgré leur enthousiasme, ils n’avaient pas encore réalisé qu’ils s’adressaient à de « vraies personnes ». Mais lorsque j’ai pu transmettre les premières réponses des correspondants, c’est comme si tout changeait. Ils avaient une réponse, d’une vraie personne qui s’adressait directement à eux :  là, le projet a vraiment pris du sens à leurs yeux. C’est assez difficile à décrire mais à voir leurs expressions, à les entendre partager/échanger entre eux sur les messages qu’ils avaient reçus, l’enthousiasme pour le projet avait alors doublé et ils n’attendaient qu’une chose, c’était de pouvoir leur répondre. C’est également très gratifiant pour moi, en tant que professeur, de les voir investis de la sorte mais surtout de sentir qu’ils sont vraiment contents de participer à ce projet, ils y prennent du plaisir et le font avec envie.

Quelles sont les précautions à prendre dans l’organisation d’un échange numérique ? Avez-vous été confrontée à des difficultés ? De quelle nature ?

Le numérique apporte beaucoup d’avantages et de facilités mais effectivement, il ne faut pas négliger certains aspects qui peuvent être négatifs. Il était prévu d’avance que tous les échanges seraient encadrés. C’est pourquoi, j’organise les échanges avec mes élèves en classe car en plus de pouvoir travailler avec eux et leur venir en aide en cas de besoin, je peux également surveiller ce qui est dit dans les courriels. De plus, les contenus sont d’une certaine façon « contrôlés » puisque c’est ma collègue britannique et moi-même qui imposons les sujets, de manière assez vaste pour que chacun puisse se l’approprier mais de telle sorte que ce soit encadré afin d’éviter tout débordement possible. Jusqu’à présent il n’y a jamais eu de problème et je fais confiance à mes élèves, mais on n’est jamais trop prudent. J’ai également rencontré quelques difficultés, surtout lors de la mise en place du projet car, une fois encore, le numérique offre beaucoup d’avantages mais a aussi son lot d’inconvénients parfois, avec des problèmes d’ordre techniques et logistiques par exemple. En effet, les élèves de l’école en Angleterre avec laquelle nous correspondons ont un réseau propre à l’établissement où chaque membre, enseignants comme élèves, possède une adresse email comme une adresse professionnelle, ce qui n’est pas le cas pour mes élèves qui n’ont que des adresses personnelles. Pour une question de prévention je pense, l’école britannique ne souhaitait pas que les élèves correspondent avec des élèves sans adresse qu’ils qualifiaient de « certifiée ». Après négociations et discussions, nous avons pu convenir d’un procédé un peu différent pour que le projet puisse tout de même voir le jour. C’est pourquoi les élèves, d’un côté comme de l’autre, envoient leurs courriels sur l’adresse professionnelle du professeur qui les transmet ensuite aux correspondants. Jusqu’à aujourd’hui, je n’ai pas rencontré de problèmes importants à part ce petit épisode qui a failli mettre à mal le projet. J’ai pris le temps de transmettre un descriptif du projet et ces conditions aux parents d’élèves afin qu’ils donnent leur autorisation, ou non, quant à la participation de leur enfant dans ce projet. Les élèves n’ayant pas d’adresse mail personnelle mais souhaitant participer au projet sans devoir en créer une, sont placés en binôme avec un autre élève qui, lui, possède une adresse etc. Juste des petits tracas de logistiques qui finissent toujours par trouver une solution rapidement.

Quel bilan provisoire faîtes-vous de cette initiative ? Un projet peut en cacher un autre… pensez-vous que la création d’un Blog soit une bonne idée pour prolonger cet échange de mails ? Pourquoi ?

Aujourd’hui, le projet est toujours en cours et après quelques mois d’existence, j’en suis très contente. Tout se passe très bien et surtout, les élèves en sont contents, ce qui est pour moi l’essentiel du travail. Avoir des élèves enthousiastes, investis et qui sont impatients de recevoir des nouvelles de leurs correspondants et tout aussi contents de leur répondre, c’est pour moi le meilleur aboutissement que ce petit projet puisse avoir. J’ai bien sûr déjà réfléchi à des pistes pour améliorer ce projet. J’avoue ne pas avoir pensé à la création d’un blog mais pourquoi pas. Je ne suis, pour ma part, pas une grande experte informatique donc ça demanderait des recherches et peut être de la collaboration avec du personnel plus qualifié en informatique, mais tout est possible. On pourrait envisager une sorte de blog/journal où les élèves exposeraient des écrits, des minis exposés sur des sujets communs, c’est une idée parmi tant d’autres. Jusque-là, j’avais pensé tout simplement organiser une sorte de visioconférence entre les élèves pour qu’ils puissent se voir et se parler de vive voix au moins une fois. Ou pourquoi pas, dans le futur avec une organisation plus pointue, faire en sorte que ces « correspondants numériques » deviennent de « réels correspondants » en organisant un voyage afin de permettre aux élèves de se rencontrer.Beaucoup d’idées émergent de ce petit projet, il faut prendre le temps d’y penser et de s’organiser mais quand un projet est porté par le professeur comme par les élèves, je pense que beaucoup de belles choses peuvent être réalisées.

Mégane Boubrit
Enseignante d’anglais dans un collège de Belfort
Académie de Besançon

Publicités

Une réponse à “Projet de correspondance numérique en langue vivante

  1. super projet! bravo mimine! c est très intéressant! je pense que çà peut être très gratifiant pour les élèves!bonne chance pour la suite bisous

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s