L’arpentage pour lire à plusieurs au lycée

Hélène Paumier est professeure de lettres en lycée. Elle a décrit récemment en quelques tweets comment elle fait lire des livres collectivement.. On les reproduit ci-dessous avec son autorisation. Cette activité est prévue sur deux heures en introduction de la séquence sur le roman. Les élèves auront à lire bien évidemment l’œuvre in extenso par la suite, œuvre sur laquelle ils vont travailler presque deux mois (œuvre + parcours associé).

Parce que je ne sais pas si c’est difficile à lire quand on a quinze ou seize ans, parce que je ne sais pas si ça va leur plaire, j’opte pour la 1ère séance sur Mémoires d’Hadrien pour un arpentage, lecture collective et partagée. Chacun lit une douzaine de pages, on met en commun après.

1) Je commence par expliquer comment l’arpentage est né fin 19e dans les écoles d’ouvriers syndicalistes et comment cette pratique a été réactivée dans les réseaux de résistance : l’idée principale est de lire collectivement un livre qui nous semble trop difficile à lire seul.

2) Ensuite je divise le nombre de pages du livre par le nombre de personnes présentes. Ce matin, chacun.e avait douze pages soit six feuilles. Je déchire les pages pour les donner à chaque élève. Là les yeux leur sortent de la tête et moi j’aime bien leur dire qu’un livre ça se partage.

3) Temps de lecture silencieux : ils peuvent souligner les pages, les annoter, se poser des questions, remplir les marges ou prendre des notes à côté. Ce temps ce matin a duré presque 1h. La consigne : rendre compte du contenu et de leur réception intellectuelle et sensible.

4) Mise en commun : je les regroupe devant les tableaux, en hémicycle et ils viennent tour à tour, dans l’ordre qu’ils veulent, présenter la lecture, la réception, l’analyse de « leur morceau » et les questions suscitées. Je fais la secrétaire au tableau. Des échanges oraux ont lieu.

5) On termine par un retour sur l’expérience : est-ce que ça leur a plu ? Quel rapport cela instaure avec le livre ? Comment ils peuvent le transférer pour s’approprier des livres dans d’autres champs du savoir, etc.

Voilà j’espère que c’est clair et que ça vous donne des billes.

Pour aller plus loin : https://congres2015.cemea.asso.fr/focus-sur-des-actions-de-terrain/2015/06/larpentage-ou-comment-sapproprier-collectivement-le-savoir-cemea-paca/index.html

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s