Message d’un maître G aux enseignants de son secteur

Nous publions ici, avec son accord, le message du maître G aux enseignants des écoles où il intervient. Ce point de vue sur la continuité pédagogique nous semble de nature à nous aider à penser cette période inédite et complexe…

Bonjour,

La 3ème semaine de fermeture des écoles débute et suite aux divers entretiens que j’ai eus avec certain(e)s d’entre vous, je constate que l’installation dans le temps de cette situation apporte certes une certaine régulation, mais aussi un flot d’interrogations professionnelles : fais-je assez, trop, dans les contenus, les fréquences, les outils, est-ce que cela profite à tous ?…. et quand et comment vais-je retrouver mes élèves.

Je ne vais pas vous parler de « continuité pédagogique », de situations de confinement génératrices d’angoisses, des conditions de vie rendant inégales la perception et la faisabilité de cette «irruption du scolaire » dans un cercle familial lui-même forcément chamboulé. D’autres professionnels institutionnels plus légitimes que moi s’en préoccupent et réajustent au mieux leur discours et leurs actions au regard de l’évolution de cette situation inédite.

Pour ce qui concerne le « quand »,…. je n’ai pas plus de réponses que vous.

Je me permettrai par contre de vous faire part, sans aucune prétention, soyez en persuadés, de certaines réflexions sur le « comment »….

Tout d’abord, soyons clairs : si vos réponses professionnelles à cette situation fonctionnent, c’est parce qu’elles s’appuient sur ce que vous avez déjà construit en classe, des rituels, des habitudes, des savoir-faire, des savoir-être, de la confiance en soi, de l’estime de soi et, bien sûr des contenus d’apprentissage. Plus les enfants sont âgés, plus ils ont eu du temps d’école et d’apprentissages scolaires, à l’inverse, plus ils sont jeunes, moins ils ont d’assises pour investir cette expérience inédite.

Il n’est bien sûr pas question de faire « l’école à la maison ». Imaginons pour s’en convaincre que ce confinement soit arrivé en début d’année scolaire…

Il manque plusieurs choses : un lieu sécurisé, un temps ritualisé. Vous n’y pouvez pas grand-chose.

Il manque le groupe qui rassure, stimule, permet les échanges et surtout permet de s’identifier comme élève.

Il manque l’enseignant(e), bien sûr, qui, de par sa parole, son professionnalisme réajuste, oriente, régule, fédère à chaque instant les apprentissages. On n’est pas dans des apprentissages de classe.

C’est ce sentiment d’appartenance à un groupe-classe qui se trouve mis à mal dans cette période.

Alors, comment essayer de le faire exister ce groupe. Outre des travaux individuels, des activités de coopération, de collaboration d’apparence plus ludique peuvent aussi renouveler l’intérêt des élèves confinés chez eux et permettre aux familles de diversifier l’image d’une école dont certaines sont très éloignées.

Il s’agit là du lien à maintenir pour les élèves qui « vont bien » ou pourquoi pas à (re)créer pour les plus fragiles. (Les échanges de photos, textes, témoignages, l’envoi d’un enregistrement (sonore ou vidéo) d’une histoire offerte, d’une chanson, la célébration d’un anniversaire sont des actes moins anodins qu’ils n’y paraissent, des activités de construction à plusieurs… tout ce qui peut ritualiser et nourrir l’imaginaire collectif des élèves est profitable, surtout pour les plus fragiles). Je sais que l’immense majorité d’entre vous déploie des trésors d’inventivité dans ce sens, en fonction de l’âge des élèves et des supports disponibles, mais je veux que vous soyez persuadés de l’importance de ces démarches dans la constitution identitaire du « j’ai ma place à l’école »

Bien sûr, tout le monde espère le retour à la « normale » rapidement, les familles, les élèves, les professionnels, tous pour des raisons certainement variées. Alors, ce serait bien que dans ces raisons diverses, il y ait dans la tête des enfants une envie évidente d’apprendre, et surtout d’apprendre à l’école, ensemble.

Soyez sûrs que le RASED prendra toute sa place pour que le retour en classe, qui sera forcément teinté de cette période d’éloignement du cadre scolaire, des rapports aux apprentissages, des attentes par rapport à l’école, se passe le mieux possible pour tous les élèves qui nous sont confiés. En attendant, n’hésitez pas à nous faire part de vos interrogations, demandes … ou autres.

Bon courage à tous et prenez bien soin de vous.

Pour le RASED,

R. Kwasny, maitre G

Photo en Une de Johannes Rapprich provenant de Pexels

Une réponse à “Message d’un maître G aux enseignants de son secteur

  1. Merci pour ce très bel article.
    Oui on s’en sort, on déploie des trésors d’ingéniosité, on crée de nouvelles façons d’apprendre, on s’appuie pour mon cas sur les nouvelles technologies que j’intègre habituellement à reculons en classe.
    Cela demande du temps, de l’ajustement en permanence.
    Evidemment il ne faudrait pas que cela dure car vous le dites très bien, les élèves défavorisés risquent très rapidement de ne pas y trouver leur compte.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s