Projet d’enseignement moral et civique, une occasion manquée ?

WordleEMC

Le projet de programme pour l’enseignement moral et civique des cycles 2, 3 et 4 laisse perplexe pour de nombreuses raisons… Malgré des propositions intéressantes mais reléguées en simples exemples de situations possibles, il parait surtout peu clair et non opérationnel (voir notre analyse sur le site du SE-Unsa).

La lecture du projet donne une impression désagréable d’absence des adultes et de leurs devoirs au profit d’une focalisation sur les règles auxquelles les élèves doivent obéir.

  • L’enseignement moral et civique a pour but de favoriser le développement d’une aptitude à comprendre le bien-fondé des règles régissant les comportements individuels et collectifs, à y obéir et à agir conformément à elles (principe de discipline)” (p2)
  • Comprendre les raisons de l’obéissance aux règles et à la loi dans une société démocratique” (p3) “Être capable de conformer sa tenue, son langage et son attitude aux différents contextes de vie.” (p3)

L’accent est mis sur “acquérir le sens des règles” et l’obéissance à celles-ci au détriment des droits et il manque purement et simplement “connaître ses droits et ceux des autres, les défendre et les revendiquer” ! Par ailleurs le projet comporte des références à la déclaration des droits de l’homme et du citoyen mais aucune à la convention internationale des droits de l’enfant !

Les valeurs ne s’enseignent pas, elles sont portées par des adultes et par une institution exemplaire qui les font vivre aux élèves, sinon ce qui est transmis risque d’être tout autre : le simulacre de démocratie, la soumission aux règles qui arrangent les adultes et la résignation !

D’ailleurs, le projet ne précise même pas la liste des valeurs à transmettre il faut la déduire au cours de la lecture. Si on se réfère à celle figurant dans le rapport “Pour une éducation laïque à la morale” qui reprend les valeurs de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen, il manque “l’égalité en dignité”.

Autre point très décevant, le numérique n’est cité que deux fois et uniquement dans le cadre du respect des règles, pas du tout comme espace d’expression, de militantisme, d’exercice de sa citoyenneté !

  • Sensibilisation à l’usage responsable du numérique” (p7)
  • Responsabilisation à l’usage du numérique en lien avec la charte d’usage des TUIC (B2i – 2)” (p11)

Dans le contexte d’une refondation de l’école qui prône son entrée dans l’ère du numérique c’est vraiment passer à côté de toutes les opportunités ouvertes par l’utilisation des réseau pour s’exprimer, débattre, se mobiliser… (cf l’article “Existe-t-il une cybercitoyenneté ?”)

resize (1)Plus préoccupant encore on peut lire dans le projet : “L’enseignement moral et civique a pour but de développer […] l’aptitude à pouvoir répondre de ses pensées.” Nous sommes là devant quelque chose d’incompréhensible : erreur de mot ? matérialisation de la police de la pensée de 1984, le célèbre roman de Georges Orwell ? On peut construire, exprimer, développer sa pensée, ou apprendre à répondre de ses paroles, ses actes, ses choix ; mais répondre de ses pensées !!!??? Jusqu’à preuve du contraire on est libre de penser tout ce que l’on veut sans avoir à s’en expliquer et heureusement…

Au passage on peut aussi regretter le “goût du dialogue” décrété comme condition de départ (sic !) et “la recherche de la vérité” qui laisse songeur dans le cadre de cet enseignement. Ceci dit, cela est hélas tout à fait raccord avec le projet de socle du CSP…

La troisième catégorie [des valeurs et des normes que cet enseignement transmet] ressortit aux conditions morales et civiques sans lesquelles les apprentissages scolaires ne sauraient avoir de dimension émancipatrice : le goût du dialogue et de la confrontation des idées, le développement de l’esprit critique, l’intérêt porté à la recherche de la vérité.” (p2)

Il y a néanmoins des points positifs dans ce projet de programmes, qu’il faut aller chercher dans les tableaux par cycle indiquant des exemples de pratiques en classe, à l’école, dans l’établissement :

  • Apprendre les techniques des « messages clairs » pour exprimer ses émotions vis-à-vis de ses pairs” (p5)
  • Discussion à visée philosophique” (p6, 11 et 12)
  • Conseils d’élèves” (p6 et 10)
  • Dilemmes moraux” (p7, 10 et 11)

C’est bien que ces pratiques y figurent, on peut néanmoins regretter que ce ne soit pas de façon centrale mais juste à titre d’exemple… les enseignants devraient tous être formés à ces pratiques et à d’autres aussi qui ne sont pas du tout citées comme la médiation par les pairs et la communication non violente par exemple !

On ne peut s’empêcher de voir ici une occasion manquée de mettre au cœur de cet enseignement ce qui devrait développer chez nos élèves, à travers des projets authentiques et des situations vécues, de vraies compétences citoyennes !

Image : nuage de mots créé à partir du projet de texte avec Wordle

Notes de lectures partagées sur Twitter

Pour contribuer c’est ici !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s