Le Contrat Personnel de Travail

Le Contrat Personnel de Travail

A l’heure où certains critiquent sans cesse le travail sur les compétences au détriment de l’acquisition des connaissances, plus proche de l’empilement que de l’appropriation véritable, certains enseignants préparent leurs élèves à appréhender le monde. En les rendant responsables de leur statut d’apprenants, en les positionnant dans une démarche de chercheurs avec tout ce que cela implique : observations, émissions d’hypothèses, essais, erreurs, analyse, comparaison, conclusion.

CPT2

  1. Présentation générale :

Le Contrat Personnel de Travail (CPT) est une méthode de travail exigeante, poussant les élèves à l’initiative et leur donnant le goût de l’effort. Il n’y a pas de barrières qui sont fixées. Les élèves gèrent leur temps et leurs objectifs. La responsabilité étant accrue, chacun est à même de reconnaître ses possibilités. L’enseignant part du postulat qu’ils sont tous capables, et il s’adapte. Les élèves construisent leurs possibles à travers l’expérience.

Jean-François – qui a un triple niveau actuellement- depuis son arrivée dans l’école en 2010 avec un CM1/CM2 en horaires aménagés, cherchait une organisation pour gérer à la fois le double cours et le temps de classe réduit d’une journée pleine (18h au lieu de 24h), donc une organisation où les enfants puissent apprendre avec des temps d’autonomie. Suite à quelques recherches sur le net, il a adapté le principe du contrat de travail donnant à chaque enfant le déroulé de la séquence lui permettant d’avancer la plupart du temps seul et à son rythme : une activité de découverte succincte, un questionnement, des exercices d’application, une leçon à apprendre (parfois à copier) et des exercices d’entrainement (facultatifs ou non, selon l’enfant et la correction).

Les élèves rapides et performants sont autonomes, ce qui libère l’enseignant pour s’occuper davantage de ceux qui sont en difficulté. Le gain en autonomie et en attitude de travail semble concluant à en juger par les retours des anciens élèves au collège. Ce type de support permet une meilleure gestion de l’hétérogénéité. Les élèves s’en saisissent bien pour la majorité d’entre eux.

Le CPT est apprécié (excellent, tb, b, ab, vu, à terminer, incomplet) et l’enseignant ajoute parfois un commentaire (regarde le corrigé, n’oublie pas de…) ou une demande (corrige l’exercice, fait l’exercice d’entrainement…). Les erreurs sont barrées ou soulignées, parfois corrigées mais la plupart du temps, il demande à ce qu’elles soient corrigées (avec aides écrites sur la feuille).

Le temps de préparation est assez long, en début d’année, une progression par matières est utilisée.

Il n’y a pas un nombre défini de CPT par semaine, cela dépend de la façon dont sont traités ces derniers même s’il y a une programmation annuelle.

Les élèves s’en saisissent très vite et bien pour la majorité. Quelques uns mettent un trimestre pour s’habituer à se gérer.

Il a trois élèves (un dans chaque niveau) en difficulté avec les CPT car il y a beaucoup de consignes à lire. Pour le CE2, un tutorat est mis en place avec son voisin. Pour le CM1, c’est surtout l’enseignant qui doit le guider car seul il a tendance à attendre que cela se passe. Pour le CM2, ce sont surtout des soucis personnels et de réflexion, l’enseignant s’adapte.

Chacun part avec le même sujet et l’objectif de faire les exercices de la partie « obligatoire ». Mais chacun rend ce qu’il a pu faire. Ensuite, l’enseignant fixe l’objectif d’aller plus loin ou non, selon les capacités des élèves. Ils ne doivent pas forcément tous faire la même chose au même moment, certains vont plus vite, d’autres devront terminer leur contrat à la maison où des exercices peuvent y être préparés. Tous ne doivent pas tout faire, cela dépend de la vitesse et du niveau de performance, les élèves ont une date à laquelle ils doivent rendre leur travail.

Il y a un retour collectif sur le CPT avant l’exercice de cahier du jour. Il y a un retour individuel lorsque le CPT est rendu corrigé.

Les élèves doivent dater les CPT. Chaque feuille corrigée reçoit un tampon datant sa validation, le CPT peut alors être rangé dans le classeur. Jusqu’à l’année précédente, les élèves avaient une grille où ils devaient écrire le titre de chaque CPT et ils y reportaient les dates de validation ; l’enseignant a arrêté cette année car c’était trop lourd à gérer. Il avait aussi un tableau à double entrée en affichage à renseigner par les élèves eux-mêmes : c’était très intéressant mais matériellement trop dur à installer (ça prenait trop de place). Désormais, cela est imprimé par Jean-François ce qu’il regrette un peu.

La communication avec les parents à ce sujet est faite en début d’année lors de la réunion de rentrée (ou sur son compte rendu pour les absents). L’enseignant a la chance de pouvoir s’appuyer sur les parents des enfants qu’il suit (ex-CM1) qui confirment aux parents un peu surpris que cela fonctionne. Puis il répond aux sollicitations personnelles éventuelles.

La première année, lorsque personne ne connaissait, il y a eu beaucoup de questions. L’enseignant a demandé aux parents de lui faire confiance. De nombreuses explications ont été données. Il y a eu besoin de tête à tête avec certains parents.

Les grands sujets des CPT sont dans la progression en français et en mathématiques. Certains sont survolés, l’enseignant insiste plus sur la démarche, la réflexion, les savoir-faire.

Liste des différents types de CPT : MN, MP, MM, MG, FG, FO, FV, FL, FR ou CR

M=mathématiques Numération, Problème (résolution, situation de recherche), Mesure, Géométrie

F=Français Grammaire (et conjugaison), Orthographe, Vocabulaire, Littérature (lecture, fiches de lecture, lectures suivies), Rédaction (1er, 2ème jets des expressions écrites avec d’être copiées au Cahier de Rédaction)

Les CPT sont en constante évolution :

  • sur la mise en page pour un gain en photocopie
  • sur le contenu : L’exercice de cahier du jour était sur le CPT, maintenant il est sur une fiche en classe, Les exercices d’entrainement sont plus importants et plus durs pour ceux qui vont vite. Les CPT sont les mêmes pour tous mais des exercices facultatifs sont présents. Des consignes orales viennent différencier le travail à effectuer au fur et à mesure.
  • sur le sujet : un 2nd ou un 3ème contrat peut être proposé sur le même thème quand le premier n’a pas suffit

 

Sur les CPT en français, on remarque la même organisation que dans CLEO, les mêmes intitulés sont utilisés mais des consignes sont écrites en plus. On y voit également les supports et les manuels que les élèves doivent utiliser.

Les autres matières sont surtout traitées à travers les sorties et les rencontres. Il n’y a pas de leçon classique d’histoire sur une thématique. En géographie, les travaux portent beaucoup sur la maîtrise des outils et des compétences. En sciences, les activités proposées sont liées aux sorties et il y a des séquences plus standards.

Deux exemples de CPT :    CM1 FO1 et FO2    CM2 MN4 à MN6

B. Visite dans une classe triple-niveau (7 CE2, 5 CM1, 12 CM2).

IMG_3672        IMG_3673        IMG_3674

Nous sommes début avril, certains élèves sont dans la même classe pour la deuxième année consécutive. On sent que les habitudes de travail sont installées. Tous en horaires aménagés musique (sélection en entrée au CE1 avec test de musique au Conservatoire et validation par l’enseignant de CP (pas d’enfants trop en difficulté).Lorsque les cours commencent à 8h30, les consignes sont vite données et les élèves s’activent tout en chuchotant. Le programme de la journée est noté sur un paperboard. Tout déplacement justifié est permis sans demande d’autorisation préalable (poubelle, classeur, casiers, dictionnaire, livre, stylo, feuille, demande de renseignement pour certains élèves auprès d’un référent….)

 

Il y a la même consigne pour tous : « 5 minutes chrono » (il s’agit d’une dictée de mots qui étaient à apprendre ou de verbes conjugués aux temps travaillés, les élèves y sont habitués, ils préparent leur feuille). Les corrections sont faites à l’ordi par le maître sous la dictée des élèves, les réponses restent affichées via le vidéoprojecteur. Les élèves se corrigent eux-mêmes lors de la phase collective de correction : ils sont obligés de se responsabiliser face à leurs erreurs, ils ont tout intérêt à le faire correctement afin que l’enseignant sache qui en est où. Pour les exercices rituels en autocorrection c’est dès le début annoncé : c’est leur note pour qu’ils sachent où ils en sont, ce n’est pas une note pour l’enseignant. Il vérifie (surtout en début d’année) que l’autocorrection est vraiment faite, après « c’est comme Darty, le contrat de confiance« .

FG13 pour tous (La feuille se trouve dans leur trieur, il s’agit d’un CPT : treizième fiche en Français Grammaire) : c’est le même nom mais chaque niveau a des activités différentes sur sa fiche. Les exercices proviennent du manuel de français CLEO.

CM1-CM2 : Une phase commune rapide est menée afin de faire un point méthodologie utile à tous.

Lors des séances de calcul mental, les élèves doivent expliquer la façon dont ils procèdent. Plusieurs démarches sont expliquées afin que chacun s’approprie celle qui lui correspond le mieux.

Il y a possibilité d’aller boire ou d’aller dans le couloir pour accéder à la veste mais sur demande.

Il existe un système qui permet aux élèves de savoir s’ils doivent parler, chuchoter, ou se taire. (feu vert, orange, rouge).

Il y a un casier par élève, ils se lèvent quand ils le doivent pour y déposer des feuilles.

Le tutorat est automatique si le maître n’est pas disponible.

Au retour de la récréation, il y a un petit point collectif au cours duquel l’enseignant explique ce que chaque groupe aura à faire dans la prochaine moitié de matinée.

CE2 : En autonomie, relecture des textes tapés la veille : correction des erreurs possibles, parties à ajouter, vérification de la cohérence des textes. Idem pour les autres niveaux s’ils ont fini leur CPT.

CM1 et CM2: Utilisation de la calculatrice pour le calcul des pourcentages.

Sur un tableau blanc, on trouve un rappel des dates limites pour rendre les travaux, les leçons à apprendre.

Les devoirs ne sont pas obligatoirement à noter par les élèves, une fois encore, ce sont eux qui gèrent cet aspect là. Cette méthode est perçue différemment suivant les élèves :

  • Elèves autonomes : super contents de ne pas y être contraints, ils gèrent.
  • Elèves peu organisés : perdus au début, c’est un travail de rappel oral, puis l’enseignant donne un récapitulatif écrit à coller dans le cahier de texte pour la prise de conscience du retard, un contact avec les parents est prévu éventuellement. Certains notent alors en début de journée pour être sur de ne pas oublier, d’autres lui font un message (via l’ENT – Espace Numérique de Travail), d’autres questionnent leurs parents qui ont accès au cahier de texte en ligne.

Les parents sont avertis dès la réunion de rentrée (et son compte-rendu pour les absents) et savent qu’ils ont le cahier de texte en ligne ; l’enseignant a parfois un mail dans lequel on lui demande si leur enfant a raison en disant qu’il n’y a rien à faire… Il n’y a jamais eu de souci avec cela. Ils sont contents de voir l’évolution.

Les messages reçus sur l’ENT sont envoyés par les enfants. les parents communiquent par un mail spécial école ou par texto.

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s