Comment fonctionne notre mémoire ?

Quand on demande aux élèves d’« apprendre » en vue d’une évaluation ou d’un examen, a-t-on conscience de ce que nous leur demandons réellement ? Nous leur demandons de mémoriser des connaissances (sans toujours bien préciser ce qu’il est primordial de mémoriser de l’ensemble du cours) puis de restituer ces connaissances sous une forme (identique ou différente) qui doit nous permettre d’évaluer le degré de maîtrise de ces connaissances par l’élève.

Très souvent, on se représente la mémoire comme une sorte de disque dur d’ordinateur : on imagine qu’il suffit de « stocker » les informations (plusieurs fois si besoin) pour pouvoir les réutiliser ultérieurement. Les choses sont un peu plus complexes.

« J’ai une mémoire de poisson rouge !»

Outre le fait que les poissons ont de réelles capacités de mémorisation, tous les humains ont la capacité de mémoriser et donc d’apprendre.
Malheureusement, nous connaissons souvent mal les processus à l’œuvre dans l’acte de mémorisation et nous choisissons des techniques peu efficaces. Faisons un point rapide sur les dernières connaissances à ce sujet.

Nos sens nous transmettent des informations. Nous stockons ces informations inconsciemment dans une mémoire dite à court terme qui ne peut conserver qu’environ 7 éléments différents. Elle est utilisée comme une mémoire de travail, choisissant de conserver ou pas les éléments qu’elle reçoit.

Les informations conservées vont être adressées à une mémoire à long terme qui peut être consciente ou non.
– La mémoire inconsciente est celle qui garde le souvenir des émotions (celle de la madeleine de Proust), des gestes mille fois répétés (la bicyclette, comme chacun sait, ça ne s’oublie pas !) ou du conditionnement.
– La mémoire consciente peut, elle, être de deux sortes : épisodique (quand on retient des événements qui nous sont arrivés personnellement) ou sémantique (ce qui permet de mémoriser les savoirs et les concepts). C’est cette mémoire que l’on souhaite mobiliser quand on demande aux élèves d’apprendre une leçon.

La répétition est une méthode utile quand on veut mettre en place des automatismes, mais si on veut que les connaissances puissent être utilisés dans des contextes variés, et qu’elles deviennent de réelles compétences, il faut que ces connaissances soient présentes dans la mémoire sémantique. Il faut réactiver les images mentales que l’on a construites lorsqu’on a appris.

De l’encodage fait au moment de l’acquisition en mémoire de travail, à la mise en œuvre des éléments mémorisés, en passant par la façon dont les informations sont classées et regroupées, chaque étape doit pouvoir être bien identifiées et comprises pour un apprentissage efficace.

Retrouvez en cliquant ici l’ensemble de notre dossier « Neurosciences »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s