Pourquoi il faut refuser le Permis Internet d’Axa

medium_13035553Le Permis Internet est une opération conjointe de la gendarmerie nationale et d’Axa Prévention destinée à terme à tous les élèves de CM2. Après avoir pris connaissance des contenus de cette opération, nous avons réagi et  alerté le ministre sur les défauts de ce “permis”. La réponse du ministère n’est pas satisfaisante : elle indique que l’opération se mettra en place mais rappelle le libre choix pédagogique des professeurs des écoles concernant les outils et ressources à utiliser avec leurs élèves.

Nous sommes évidemment d’accord avec le fait qu’une éducation des élèves au numérique à l’école est nécessaire pour mettre les possibilités ouvertes au service des apprentissages et que celle-ci doit intégrer des aspects de prévention des dérives, mais nous pensons que le Permis Internet ne répond absolument pas à ces enjeux, voire risque d’être contre-productif.

Parce qu’il pose des problèmes de neutralité commerciale

Axa assurances a abondamment communiqué sur ce permis sans cacher d’ailleurs que la problématique l’intéresse car elle vend des assurances pour protéger les familles des dangers d’Internet voir par exemple cet article. Le dispositif prévoit que le Permis Internet soit remis à chaque enfant en présence du Maire, des gendarmes, des enseignants, des représentants d’Axa Prévention et des parents comme cela est précisé sur leur site. De plus, Axa Prévention n’a pas d’agrément Éducation Nationale ce qui est pour le moins curieux pour une opération destinée à être proposée à tous les élèves de CM2 du pays.

Parce que la pédagogie de la peur n’est pas efficace

Vouloir protéger les enfants, les informer de dangers, part sans nul doute d’une bonne intention. Mais demander à des gendarmes d’éduquer les élèves de CM2 en partant des risques n’est pas forcément une bonne idée… Certes, les gendarmes sont confrontés à des affaires sordides et on comprend bien leur souci de prévenir les enfants mais est-ce vraiment la bonne méthode ? La peur n’aide pas à penser, elle paralyse et peut même déclencher une angoisse diffuse accompagnée d’un sentiment d’impuissance. Comme le précise le psychologue Yann Leroux : “Souvenez vous que la pédagogie de la peur est totalement contre-productive. Veillez à ce que les usages du réseau puissent être discutés dans un climat détendu : c’est à cette condition que votre enfant viendra vers vous pour vous faire part des problèmes qu’il rencontre en ligne.

Parce que le Permis Internet ne protège pas

En effet, la forme de quiz avec LA bonne réponse formatée à trouver qui correspond à tous les enfants dans tous les contextes est artificielle. De plus, comme cela est fort bien analysé dans ce billet nombre de “bonnes réponses” interrogent.

N’oublions pas non plus qu’il y a concrètement plus de dangers “dans la vraie vie” qu’en ligne, l’immense majorité des enfants maltraités ou agressés sexuellement le sont par leurs proches, les harcèlements en ligne sont aussi massivement le fait de personnes connues et non d’inconnus.

Un permis qui demande aux enfants de promettre de ne pas parler à des inconnus en ligne est donc largement inutile, apprendre à repérer et à bloquer quelqu’un, y compris connu, qui les importune serait bien plus pertinent par exemple.

Enfin la forme de permis attestant que l’enfant sait ce qu’il ne doit pas faire est dangereuse. En effet s’il rencontre un problème, il risque de se sentir honteux et coupable et n’osera pas en parler. Or on le sait bien, la meilleure façon de se protéger pour un enfant est de pouvoir sereinement et rapidement se confier à un adulte (parent, enseignant…) au premier sentiment de malaise.

Et puis les usages et les outils numériques changeant très vite, les réponses d’un quiz, même si elles étaient pertinentes, ne peuvent rester valables pour tous, tout le temps, dans tous les cas. C’est bien une attitude réflexive générale qu’il faut favoriser : elle permettra à l’enfant de s’adapter à des situations variées et évolutives.

Le permis Internet n’est pas le seul outil inadapté

En effet, de nombreux supports ou interventions diabolisants sur les dangers d’Internet fleurissent à destination des établissements scolaires, comme ce genre d’intervention douteuse ou même des concours de ce type pourtant proposé par une association respectable : “Dessine-moi les menaces informatiques”.

Alors que faire ?

Il existe de nombreuses alternatives, des outils, des types d’interventions et surtout un travail de fond à faire. Vous trouverez ici un billet recensant ces possibilités et vous avez notre dossier “Éducation au Web2” qui donne de nombreuses pistes pour intégrer le numérique dans nos cours.

Et vous , auriez-vous votre Permis Internet ?

Nous vous invitons à tester ces deux parodies qui ne sont pas dénuées d’intérêt :

Le vrai Permis Internet qu’on devrait tous passer” par Adrien Sénécat sur le site de l’Express

Et la version proposée par Korben en vidéo :

Lire aussi l’avis du syndicat des inspecteurs de l’éducation nationale SI.EN-Unsa :
Permis Internet : non à la pédagogie de la peur !

Crédit photo : Omar Omar via photopin cc

7 réponses à “Pourquoi il faut refuser le Permis Internet d’Axa

  1. Pingback: Pourquoi il faut refuser le Permis Internet d’Axa | neottia nidus-avis·

  2. D’accord à 100 % avec ce billet, merci pour la veille et l’info, toutes deux précieuses !

  3. Pingback: Pourquoi il faut refuser le Permis Internet d’Axa pour les CM2 | coraluna6·

  4. Pingback: Pourquoi il faut refuser le Permis Internet d’Axa | L’ÉCOLE DE DEMAIN | pagailleS·

  5. Pingback: Supplique citoyenne #education #internet | JCFrogBlog4·

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s