Harcèlement à l’école, un tabou à lever

Harcèlement

La question du harcèlement scolaire est prise à bras le corps par la ministre… au delà de la polémique autour d’un clip de campagne particulièrement maladroit et malvenu, il était effectivement temps de lever ce tabou : 700 600 élèves français, de l’école au lycée, sont victimes de harcèlement, dont 383 830 d’une forme sévère, 22% des élèves français victimes de harcèlement n’en parlent à personne, 61% disent avoir des idées suicidaires.

Le harcèlement peut être défini comme « une violence à long terme physique ou psychologique perpétrée par un ou plusieurs agresseurs à l’encontre d’un individu qui est dans l’incapacité de se défendre dans ce contexte précis » (Roland & Munthe,1989).

Ses caractéristiques:

  • Répétition : Il s’agit d’une agression à long terme, à caractère répétitif.
  • Disproportion des forces : Il a lieu dans le cadre d’une relation dominant/dominé, la victime ayant des difficultés à se défendre
  • Intention de nuire : L’agresseur a l’intention délibérée de nuire même si la plupart du temps il prétextera qu’il s’agit simplement d’un jeu.

Le harcèlement se fonde sur le rejet de la différence et sur la stigmatisation de certaines caractéristiques comme par exemple l’apparence physique (poids, taille, couleur ou type de cheveux)… Les risques de harcèlement sont plus grands en fin d’école primaire et au collège.

Enfin, ce phénomène se développe le plus souvent lorsque le climat scolaire de l’établissement est dégradé ou quand les situations de harcèlement sont mal identifiées par l’équipe éducative.

Le 5 novembre dernier a donc eu lieu la première journée nationale de mobilisation pour dire “Non au harcèlement” avec pour objectif de libérer la parole et que le sujet soit abordé dans les classes et en famille.

Parallèlement un numéro vert le 3020 a été mis en place, il ne s’agit pas seulement d’un service d’écoute mais de lancer la prise en charge des situations signalées pour qu’elles soient traitées.

Un site Internet mis en place par le ministère regroupe en un seul endroit des ressources pour travailler avec les élèves, des paroles d’experts pour battre en brèche les idées reçues et aussi des protocoles de traitement des situations de harcèlement. Très précis et bien faits, ces protocoles permettent de savoir, pas à pas comment gérer la situation en évitant les erreurs qui augmentent la souffrance des victimes comme leur confrontation avec les auteurs du harcèlement, encore trop souvent pratiquée.

Concrètement, si la journée du  novembre se veut un point d’orgue pour parler du harcèlement scolaire, c’est à n’importe quel moment de l’année que la question peut-être abordée notamment dans le cadre de l’EMC. Les outils pédagogiques du site officiel sont nombreux, de qualité et adaptés à chaque âge.

Liens directs vers les ressources du site « Non au harcèlement » et d’autres :

Pour travailler avec les élèves :

Pour les adultes :

Lire aussi : La permanence d’écoute, un outil de prévention contre les violences à l’école

Compléments de novembre 2016

Cette année la campagne est axée sur le cyberharcèlement avec un guide de prévention des cyberviolences très bien fait et un clip intéressant pour entamer une discussion avec ses élèves : « Liker c’est déjà harceler »

Crédit photo : francoi0 schnell cc

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s