Ne laissons pas nos enfants aux mains des gourous scolaires !

Cet article a été initialement écrit pour la revue de l’UFAL (Union des FAmilles Laïques), il est republié ici avec son aimable autorisation. Il est possible de se procurer le numéro complet ayant pour thème « La raison laïque contre l’obscurantisme » en suivant le lien.

Enseignante et militante syndicale à l’Unsa, j’ai récemment découvert avec effarement ce qui se joue à travers les écoles Steiner-Waldorf. Il y a en France une vingtaine d’écoles de ce type qui concernent pas loin de 2 500 élèves [1] et leur image est a priori positive pour le grand public… Or, quand on creuse un peu la question on découvre que ces écoles, initiées par Rudolf Steiner, font partie intégrante d’un mouvement ésotérique, qui se dit philosophique, appelé l’Anthroposophie [2]. Ce mouvement a une grosse sphère d’influence peu apparente via des branches dans la médecine, l’agriculture (la biodynamie), la banque et donc l’éducation. L’Anthroposophie souhaite populariser la capacité de perception spirituelle permettant l’accès à des mondes supérieurs. Cette perception du monde spirituel se veut moderne et scientifique, les anthroposophes parlent donc de « science spirituelle ». L’objectif est que cette capacité de perception spirituelle permette la transformation de la société toute entière en la « fécondant » secteurs par secteurs. C’est pour cela qu’il y a une éducation fécondée par la science spirituelle : la pédagogie Steiner-Waldorf ; une agriculture fécondée par la science spirituelle : la biodynamie ; un système bancaire fécondé par la science spirituelle : les banques issues de l’anthroposophie ; des arts fécondés par la science spirituelle : l’eurythmie, le chant Werbeck, l’art dramatique anthroposophique, etc. Le but ultime est de créer une nouvelle civilisation remodelée par l’Anthroposophie.

En fait, ce que l’on appelle la pédagogie Steiner n’est en rien une pédagogie, c’est un fatras de considérations liées à des éléments ésotériques comme le karma, la réincarnation, les différents corps (physique, éthérique, spirituel…), les signes du zodiaque… les consignes de Steiner sont péremptoires car issues de révélations et elles sont toujours à l’oeuvre dans les écoles [3]. Derrière le discours séduisant de la créativité et du respect du rythme de chaque enfant on a en réalité un empilement de croyances, de dogmes et de règles. Il faut par exemple attendre la seconde dentition, donc 7 ans environ, pour aborder l’apprentissage de la lecture dans les écoles Steiner-Waldorf, car cela correspond au moment où le corps éthérique se développe ce qui permet une première approche de l’abstraction. Pareillement, il faut attendre la puberté et le développement du corps spirituel pour commencer à faire raisonner les élèves. Tout apprentissage trop précoce est vécu comme étant dangereux pour le karma. [4]
Dans ces écoles, les enfants sont catégorisés en fonction de leur tempérament : colérique, sanguin, mélancolique et flegmatique [5]. Ces étiquettes sont figées et définitives… enfin jusqu’à la prochaine réincarnation… On est donc dans une conception “toute particulière” de la prise en compte des individualités.
Bien évidemment ces catégorisations, les activités quotidiennes comme les “paroles” (en fait des prières) et l’eurythmie (rite ésotérique dansé), les enseignements pseudo-scientifiques (des liens entre le corps humain et les signes du zodiaque, les îles britanniques qui flottent sur l’eau…) et beaucoup d’autres ingrédients ésotériques sont absents des descriptifs des projets des écoles, masqués vis à vis de l’extérieur et en grande partie vis à vis des parents aussi. Il est fort probable que la plupart des parents, s’ils avaient connaissance des fondements, du but et des croyances transmises dans les écoles Steiner, ne dépenseraient pas quelques milliers d’euros par an pour y scolariser leurs enfants. Tout cela est flou, discret, justifié au cas par cas par une vision spirituelle de la science que tout le monde ne serait pas capable d’appréhender.
Nous avons de toute évidence affaire à des écoles confessionnelles (mais l’Anthroposophie refuse de s’afficher comme étant une religion) et non conformes aux valeurs de la république ni même en terme de sécurité des enfants. En effet, l’incitation à éviter les vaccins (très mauvais pour le karma), une très grande proximité professeurs/élèves et une politique de non-intervention quand des enfants en agressent d’autres sont à l’origine de nombreux problèmes dans ces écoles [6]. Quand il y a un scandale qui éclate (propos racistes d’un professeur, maltraitances ou agressions sexuelles, rituels religieux démasqués, harcèlement entre enfants non géré par les adultes…) les responsables des écoles dénoncent un errement isolé d’un enseignant qui aurait dérapé. Comme par hasard ces “dérapages isolés” sont toujours en adéquation avec une position controversée de Steiner… les exemples sont extrêmement nombreux !

J’ai bien conscience que les écoles Steiner-Waldorf ne sont pas les seules à poser de graves questions, d’autres établissements hors contrat et parfois sous contrat sont concernés. Les contrôles de l’institution semblent jusqu’à aujourd’hui très peu efficaces pour détecter les problèmes et forcer les écoles à remédier à ces situations dangereuses.
Il y a aussi de nombreuses alertes concernant des propositions d’ateliers péri-scolaires touchant par exemple à la méditation, à l’expression artistique, à la gestion des émotions et même concernant les dangers des écrans !

Il me semble nécessaire de s’interroger sur ce qui attire les parents vers ces écoles dites “alternatives” et ces activités d’un nouveau genre…

Je vois à cela deux raisons principales : le discours général déploratoire sur notre école publique et la non publicité, voire le rejet, de démarches originales dans les classes.
En effet le discours ambiant est très négatif concernant l’école publique, on ne parle que de ce qui ne va pas et très rarement de tous les projets formidables qui y sont menés et du travail remarquable de l’immense majorité des enseignants. Certes elle n’est pas parfaite et a des progrès à faire… chaque enfant qui s’y sent mal, incompris, en échec pousse ses parents à chercher autre chose et deviendra lui-même un parent méfiant vis à vis de l’école républicaine. Mais pour y avoir enseigné pendant une vingtaine d’années, dans des quartiers jugés difficiles, je peux témoigner de la grande bienveillance de l’immense majorité des enseignants, de leur capacité à trouver sans cesse des nouvelles idées pour faire progresser leurs élèves et de leur extrême attention à inclure tous les élèves quels que soient leurs origines, leurs difficultés ou leurs handicaps. Malgré cela on n’entend parler sur les médias et sur les réseaux sociaux que des violences, du niveau qui baisse et de la perte du goût de l’effort par la jeune génération.

Il ne s’agit pas de dire que tout va bien, qu’il n’y a pas de problème dans les écoles mais d’équilibrer les choses et de les remettre en perspective. Il y a de nombreux projets porteurs qui motivent les élèves et les font progresser, des équipes qui se mobilisent pour améliorer le climat scolaire dans leur établissement, des chercheurs qui ouvrent de nouvelles pistes pour réduire les inégalités scolaires, des domaines dans lesquels les élèves progressent…
Se contenter du discours déploratoire c’est ouvrir un boulevard à la fois aux officines privées et aux dérives sectaires de tous poils qui s’empressent de proposer la bienveillance, l’adaptation à chacun et l’efficacité qui seraient forcément absentes de l’École Publique.
Cet engouement est d’autant plus facile à générer qu’il y a certains enseignants, et même parfois des ministres de l’Éducation nationale, adeptes du « c’était mieux avant ». Ils rejettent allègrement toute pédagoqie qui ne serait pas “classique” (celle qui selon eux aurait fait ses preuves depuis toujours), ils accusent ceux qu’ils appellent de façon péjorative les “pédagogistes” d’être responsables du déclin de notre école, alors que c’est ceux-là même qui cherchent à adapter l’enseignement au monde d’aujourd’hui, aux nouveaux défis à relever (comme la massification de l’enseignement et l’intégration des enfants en situation de handicap) et aux attentes légitimes des parents en termes de bienveillance et d’individualisation. Ce rejet de toute nouvelle approche, démarche… dans l’école publique c’est aussi cela qui pousse les parents à chercher ailleurs des choses qu’ils pensent meilleures pour leurs enfants et qui rend si discrets ceux qui osent faire avancer les choses dans leur classe ou leur établissement car il est mal vu d’avoir l’air de baisser les exigences en étant plus ludique, coopératif, attentif ou en supprimant les notes pour un système d’évaluation plus parlant pour les élèves.

En conclusion, dans l’École Publique, il faudrait pouvoir placer un curseur de façon équilibrée et raisonnable, en le réajustant si nécessaire entre “toute alternative nouvelle est bonne à prendre” et “rien ne doit bouger par rapport à nos habitudes ancestrales”, ce serait la meilleure façon de couper l’herbe sous le pied des gourous peu fréquentables et dangereux qui portent atteinte à la liberté de conscience de nos enfants et nos jeunes. Il est essentiel pour former des citoyens de dégager des espaces scolaires pour agir librement, choisir librement et penser librement. Chacun de nous, de là où il est peut veiller à ne pas contribuer de manière unilatérale au discours négatif sur notre École Publique, en rappelant toujours que tout n’y est pas noir, qu’il s’y passe aussi des choses enthousiasmantes et qu’elle peut progresser.

Stéphanie de VANSSAY

Crédit image : Illustration d’un cahier de Grégoire Perra – Introduction de conceptions ésotériques anthroposophiques astrologiques en cours d’Astronomie, en 5ème classe (CM2)

 

 

 

 

 

En prolongement vous pouvez lire « Innovation et marchandisation, halte à l’amalgame ! »

___________________________________________________________________________________________________________________

[1] Site de la Fédération – Pédagogie Steiner-Waldorf en France

[2] Wikipedia “Pédagogie Steiner-Waldorf

[3] Site “La Vérité sur les écoles Steiner-Waldorf” de Grégoire Perra, Catégorie : Les cahiers et les devoirs des élèves Steiner-Waldorf

[4] Rudolf Steiner, “L’Éducation de l’Enfant au point de vue de la science spirituelle”, Éditions Alice Sauerwein, Paris 1922

[5] Rudolf Steiner, “Culture Pratique de la Pensée – Nervosité et le Moi – Tempéraments”, 4ème édition, Éditions Anthroposophiques Romandes, Genève 1994

[6] Le Monde, “Quand la rougeole envahit l’école”, 21/01/2016
Le Parisien, “Agressions sexuelles entre enfants : une école Steiner de l’Essonne dans la tourmente”, 21/10/2019
Vidéo de la chaine Youtube Steinermentary, “Focus On Karmic Bullying in Steiner Waldorf Schools – The Titirangi Settlement”, 08/06/2019

6 réponses à “Ne laissons pas nos enfants aux mains des gourous scolaires !

  1. Avis de quelques professionnels de la science de l’éducation (surement moins compétents que Stéphanie de VANSSAY) :

    En France, le professeur Loïc Chalmel, maître de conférence en sciences de l’éducation à l’Université de Haute-Alsace et directeur du LISEC (Laboratoire interuniversitaire des sciences de l’éducation et de la communication) a rédigé une étude sur Rudolf Steiner et la pédagogie Steiner-Waldorf. Dans une interview récente, publiée sur le site de la revue Kaizen, le professeur nous a fait part de son analyse sur le sujet. Pour lui, il est clair que la pédagogie Steiner-Waldorf est un projet « profondément désaliénant et d’une grande cohérence », cherchant à libérer le potentiel individuel de chaque enfant. Il l’inscrit dans un courant historique remontant à des grandes figures de la pédagogie telles que le Tchèque Comenius, le Français Oberlin ou le Suisse Pestalozzi. Son jugement est sans appel : « La pensée de Steiner n’a rien de doctrinaire ou de sectaire. » Et d’ajouter : « Penser que Steiner voulait endoctriner des individus pour qu’ils deviennent des agents de sa pensée est donc faire preuve de dilettantisme. » Voilà le point de vue d’un spécialiste français.
    https://journals.openedition.org/rgi/1593
    https://kaizen-magazine.com/article/la-pedagogie-steiner-waldorf-cherche-a-liberer-letre-humain/

    En Allemagne (où des centaines d’études ont été réalisées ces vingt dernières années), ainsi que dans d’autres pays, il n’existe pas seulement des chercheurs favorables à la pédagogie Steiner-Waldorf, mais il existe aussi des cursus universitaires en pédagogie Waldorf, où enseignent des professeurs parfois spécialisés dans cette pédagogie. Il existe aussi un institut de recherche universitaire sur la pédagogie Steiner-Waldorf à Mannheim (Institute for Waldorf Education, Inclusion and Interculturalism) qui édite une publication scientifique ouverte à tous les chercheurs sur le sujet (RoSE – Research on Steiner Education, http://www.rosejourn.com/index.php/rose/index

    Heiner Ulrich, professeur de sciences de l’éducation à l’Université de Mayence, internationalement reconnu comme l’un des experts les plus critiques à l’égard la pédagogie Steiner-Waldorf, reconnaît pourtant dans son livre La Pédagogie Waldorf, une Introduction critique (Heiner Ullrich, Waldorfpädagogik, eine kritische Einführung, Beltz, 2015) que « les écoles Waldorf méritent amplement leur belle réussite ». Lors d’un entretien accordé en avril dernier à l’hebdomadaire de référence Die Zeit, il ajoute que « l’anthroposophie n’est pas enseignée dans les écoles Waldorf. » Dans cette même interview, il convient aussi que les élèves Waldorf « obtiennent leur diplôme plus souvent que la moyenne de leur groupe d’âge ».
    https://www.zeit.de/gesellschaft/schule/2019-04/waldorfschulen-paedagogik-heiner-ullrich-entschleunigung-noten-g8

    Parmi les nombreux travaux sur le sujet, mentionnons une étude de 2007 qui ne peut être accusée de partialité (Heiner Barz, Dirk Randoll, Absolventen von Waldorfschulen, Eine Empirische Studie zu Bildung und Lebensgestaltung, VS Verlag für Sozialwissenschaften, 2007). Elle a été conduite par Heiner Barz, qui travaille actuellement au Département de recherche et de gestion de l’éducation de la Heinrich-Heine-Universität Düsseldorf et conduit des recherches dans les domaines de l’innovation éducative, de la migration, du marketing, de l’apprentissage en ligne et de la formation continue. Cette étude porte sur plus de 1000 anciens élèves d’écoles Waldorf, en collaboration avec quatorze autres chercheurs.
    https://de.wikipedia.org/wiki/Heiner_Barz

    En conclusion du chapitre « Développement professionnel », les chercheurs Anne Bonhoeffer et Michael Brater soulignent : « Nous constatons, d’après ces critères formels, une performance pédagogique élevée de ce type d’école : les élèves d’écoles Waldorf rejoignent presque tous des formations ultérieures après l’école Waldorf et il s’agit en grande partie de formations universitaires qu’ils achèvent visiblement avec succès et qui les mènent dans les professions correspondantes. Comparé à la population globale, le nombre de diplômés [des écoles Steiner-Waldorf] qui deviennent universitaires est extrêmement élevé et peut rivaliser avec n’importe quel lycée » (p. 90).

    Ils poursuivent deux pages plus loin : « Au vu de la situation professionnelle de leurs élèves, les écoles Waldorf peuvent être sans aucun doute satisfaites de leur prestation pédagogique : la grande majorité des anciens élèves parvient, suite à l’école Waldorf, à passer dans des formations exigeantes, pour ensuite exercer des professions exigeantes. (…) Finalement, on peut considérer qu’un argument parfois utilisé par les critiques à l’encontre des écoles Waldorf a été une bonne fois pour toutes contredit par notre étude : les écoles Waldorf sont tout sauf une institution de recrutement pour le mouvement anthroposophique, comme le montre la très faible part de « professions anthroposophiques » chez les anciens élèves. Au contraire : les écoles Rudolf Steiner sont aujourd’hui reconnues de manière assez large dans les couches aisées et cultivées de la population, et elles forment des jeunes disposés et bien préparés à exercer des professions à responsabilité en de multiples endroits de la société. » (p. 92)

    Dans le chapitre « À quoi croient les anciens élèves ? », le chercheur Michael N. Eberz avance que « la majorité des diplômés est indifférente, voire sceptique ou même critique vis-à-vis de l’anthroposophie. (…) On ne peut attribuer aux écoles Waldorf un rôle actif en tant que vecteur de représentations anthroposophiques, mais on peut y attester d’une grande ouverture au niveau de la religion et de la conception du monde. » (p. 158)

    Cette grande étude scientifique allemande réalisée en 2012 a comparé les résultats scolaires, les compétences sociales et bien-être de plus de 800 élèves d’écoles Steiner-Waldorf et d’écoles publiques. Présentant une synthèse de cette étude, le journal Die Welt rapportait à l’époque que les élèves des écoles Steiner-Waldorf apprennent avec davantage d’enthousiasme et moins de pression scolaire et qu’ils sont plus indépendants. Le tout avec des résultats scolaires équivalents à leurs camarades d’autres écoles.
    https://www.welt.de/print/die_welt/wissen/article109490665/Wissenschaftler-loben-Waldorfschulen.html

    Ce mémoire de maîtrise, en France, plus modeste, car portant sur moins de 100 élèves ; mais très poussé sur l’épineuse question de l’influence de l’anthroposophie sur les élèves.

    Cliquer pour accéder à Synth%E8se%20JF.pdf

    Cette Thèse de Doctorat de Psychologie Clinique et Psychopathologie de Rébecca SHANKLAND (Université Paris VIII sous la direction du Professeur Serban Ionescu – 28 juin 2007) qui présente une étude comparative avec d’autres pédagogie extrêmement fouillée : « Adaptation des jeunes à l’enseignement supérieur. Les pédagogies nouvelles : aide à l’adaptation ou facteur de marginalisation ? »

    Cliquer pour accéder à these-shankland.pdf

    Mentionnons en outre le rapport positif publié en 2015 par l’Université de Stanford, confirmant la capacité de l’école Steiner-Waldorf à « soutenir avec succès le bon développement des élèves. »

    Cliquer pour accéder à scope-report-waldorf-inspired-school.pdf

    Il est préférable de juger un arbre à ses fruits plutôt qu’à ses racines (incompréhensibles sans une étude approfondie).

    Bien à vous

    Lartigue

  2. Pas très sérieux Lartigue – Pratiquement toutes vos références proviennent de la galaxie anthroposophique. Evidemment de la part d’un adepte de l’anthroposophie on ne peut guère s’attendre à autre chose. La pédagogie Steiner,même si elle peut avoir certains mérites, a été édifiée sur le terrain de l’anthroposophie qui est une vaste fumisterie. Voir pour une information bien sourcée : http://jf.bizzart.biz/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s