Le masque et la classe

Plus de 13 000 réponses à notre enquête sur l’état d’esprit des enseignants à la fin de cette première période de l’année scolaire et un leitmotiv, le masque, ce fichu masque, qui nuit aux interactions dans la classe, vous casse la voix et vous épuise. Nous avons donc cherché des conseils d’experts pour vous les partager.

En effet, enseigner est un métier où l’on utilise beaucoup la parole et, s’il est déjà inconfortable de porter un masque en soi, c’est beaucoup plus pénible quand on doit parler beaucoup, qui plus est à un groupe ce qui nécessite de projeter sa voix. 

Prendre soin de sa voix

Tout d’abord le masque altère les hautes fréquences et diminue l’intensité de la voix (perte de 5 décibels pour un masque chirurgical). Le risque c’est de forcer sa voix ce qui génère de la fatigue et est dangereux pour les cordes vocales qui s’assèchent. 

Pour maintenir une bonne hygiène vocale, il est conseillé de boire régulièrement de l’eau plate, de ne pas fumer et d’aérer régulièrement la pièce. Afin de ménager sa voix il faut éviter de crier, de se racler la gorge mais aussi de chuchoter. En effet chuchoter demande un plus grand effort aux cordes vocales, il vaut mieux parler à voix basse, murmurer, c’est à dire en conservant le timbre de la voix avec la gorge qui vibre. C’est contre-intuitif mais retenir les vibrations pour chuchoter suppose un effort musculaire qui fatigue les cordes vocales. Voici comment Charivari illustre la différence : Entendre sur Vocaroo >>

Surarticuler et parler lentement sont aussi conseillé pour optimiser les chances d’être compris sans forcément élever la voix. 

Enfin, il est important de faire des pauses vocales pour compenser les sollicitations supérieures à la normale, en se ménageant des moments de repos vocal complet pendant le déjeuner et/ou le soir. 

Gérer ses cours en parlant le moins possible

Travaux en autonomie ou en petits groupes, plans de travail, consignes écrites au tableau… tout ce qui permet de faire travailler les élèves en économisant la voix de l’enseignant est bienvenu. Il est aussi possible de mettre en place des codes gestuels pour dire bonjour, demander le silence… d’utiliser des objets sonores comme une clochette ou un bâton de pluie ou de simplement éteindre la lumière, par exemple, pour réclamer l’attention des élèves.  

Des équipements qui peuvent aider

Il existe des sortes de grilles en plastique que l’on peut mettre sous le masque pour qu’il ne soit pas collé à la bouche, cela améliore le confort et limite l’humidification du masque. 

Si vous êtes équipés d’un visio-projecteur, pour permettre l’auto-régulation du bruit ambiant il existe des logiciels/applications gratuits pour en visualiser l’intensité : le site bouncy balls par exemple ou une application mobile sonomètre. 

Un vrai investissement mais qui peut s’avérer très efficace, consiste à acquérir un amplificateur vocal portatif qui permet de parler doucement tout en étant entendu correctement par les élèves. 

Enfin, il semblerait que le masque chirurgical soit plus confortable et étouffe moins la voix, il faudrait le privilégier pour les moments où la fatigue se fait sentir. 

____________________________

Sources :

Pour aller plus loin :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s